Le premier lycée agricole de Polynésie victime de son succès

Voir les commentaires
Le premier lycée agricole de Polynésie victime de son succès
EDUCATION - Les élèves du premier lycée agricole de l’île de Tahiti ont fait leur rentrée ce jeudi matin. Certains lycéens qui souhaitaient s’y inscrire n’ont pu le faire, faute de place. La Polynésie française a enfin un lycée agricole. Le premier établissement de ce type a ouvert ses portes ce jeudi matin. Mis en place par l’enseignement protestant, il a reçu le soutien du CNEAP, une fédération métropolitaine qui regroupe l’ensemble des lycées agricoles privés.

Un de ses membres a fait le déplacement pour l’ouverture du lycée agricole de Taravao. Alexis Leroy explique: "Nous avons accompagné la construction de ce projet, présenté il y a 7 ou 8 ans. Dans la mesure où nous avons estimé que c’était un projet sérieux qui répondait à un besoin du territoire. Nous avons tout fait pour que ce lycée ouvre. Le succès est au rendez-vous dès la première rentrée…"

Pour cette première année, 43 élèves se sont inscrits. Ils seront répartis en deux classes, une seconde aquacole et une seconde transformation des aliments, encadrées par huit professeurs. Les filières ont séduit les adolescents et leurs familles à tel point que le lycée enregistre 11 demandes d’inscriptions supplémentaires. Le directeur, Gordon Barff, regrette de ne pouvoir les intégrer à l’établissement. Il commente: "Il y a un besoin grandissant de ce type de lycée. Les filières qui y sont proposées sont des filières innovantes…"

Dans cet établissement flambant neuf, la direction a doté les salles de classe de matériel de haute qualité. Si toutes les salles de classes sont terminées, la partie internat de l’établissement ne l’est pas tout à fait. Coût du chantier : 400 millions de francs.

Dans l’attente de découvrir leurs chambres, les lycéens internes dormiront dans d’autres structures de Taravao. L'inauguration officielle de l'établissement est prévue le 17 novembre prochain.
Rédaction web avec Sam Teinaore
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles