Moorea : les forces de l’ordre contrôlent l’Aremiti et les bus scolaires

Voir les commentaires
Moorea : les forces de l'ordre contrôlent l'Aremiti et les bus (...)
Les gendarmes et les policiers municipaux ont procédé ce dimanche à plusieurs contrôles à bord de l’Aremiti et sur le quai de Vaiare. Aidés de Famas, un berger malinois, les forces de l’ordre ont également inspecté les bus scolaires desservant le collège et le lycée agricole de Moorea. Au final, dix individus ont été contrôlés en possession de paka. Trois d’entre eux ont été amenés à la gendarmerie.

Plusieurs gendarmes ont embarqué ce dimanche à bord de l’Aremiti pour une série de contrôles sur le bateau, à quai, mais aussi dans les bus scolaires de l’île soeur. Accompagné de Famas, un berger malinois capable de renifler tous les types de drogues, les militaires ont entamé l’opération en parcourant le sous-sol de l’Aremiti. Parmi les nombreux véhicules, le chien a marqué un pick-up et un deux roues. Comme nous l’a expliqué Vincent, maître-chien, « quand Famas revient à plusieurs reprises marquer au même endroit, cela signifie qu’il y a probablement des produits stupéfiants. Pour former ces animaux, qui doivent déjà avoir des tempéraments joueurs, nous perçons des tuyaux de PVC dans lesquelles nous mettons des produits illicites. D’abord, on joue avec le chien. Au fur et à mesure, il renifle le produit et finit par l’associer à son jouet. »

A l’arrivée à Moorea, les deux véhicules sur lesquels Famas s’était arrêté sont contrôlés. Pas de stupéfiants, mais le chien a certainement senti les billets de banque car il est aussi formé pour cela. Pour le Lieutenant-colonel Brachet qui dirige les opérations, l’important est de de montrer la présence des forces de l’ordre « pas uniquement sur l’île de Tahiti. » A Vaiare, les policiers municipaux viennent en aide aux gendarmes. Ils repèrent un père de famille qui circule avec ses deux petites filles. Interrogé, l’homme confesse qu’il est sous l’emprise de l’alcool et qu’il a consommé du paka. Il est immédiatement envoyé à l’hôpital afin d’y subir des analyses toxicologiques.


Bus scolaires Le lendemain matin, dès 6 heures, les gendarmes et les policiers municipaux se rendent devant le collège de Moorea où ils attendent les bus transportant les élèves. Là encore, Famas marque car il est en contact avec des billets de banque. L’opération a plutôt l’air d’éveiller la curiosité des collégiens mais elle est appréciée par la directrice adjointe de l’établissement qui explique aux gendarmes que l’équipe enseignante ne rencontre pas de problèmes liés au paka, plutôt « des petites bagarres entre jeunes. »

Autre situation au lycée agricole où les gendarmes et les policiers municipaux se postent dans un tournant afin de conserver l’effet de surprise. Au fur et à mesure que les quatre bus arrivent, les forces de l’ordre les investissent. A chaque fois le Lieutenant-colonel Brachet et le maître-chien rappellent les consignes : « le chien n’est pas méchant mais il ne faut pas le caresser. Quiconque est détenteur de paka sera forcément intercepté par l’animal. » Plusieurs jeunes décident spontanément de donner pipettes et sachets d’herbe. Les plus réticents sont effectivement dénoncés par le flair de l’animal. Dans l’un des bus, les gendarmes retrouvent de la drogue abandonnée sur le sol. A côté d’un autre bus, ce sont plusieurs petits sachets de paka qui gisent sur le sol. Un policier a vu un lycéen les jeter par la fenêtre. A l’issue du contrôle, le Lieutenant-colonel Brachet dresse un bilan : « le résultat est assez important puisque l’on a une dizaine de jeunes, détenteurs de petites quantités de produits stupéfiants et/ou de pipettes à usage. La plupart se sont dénoncés, le chien a été d’une aide précieuse puisque rien ne lui échappe et que l’on a pu trouver l’ensemble des produits présents à l’intérieur de ces bus. »

Tahiti-Infos, le site N°1 de l'information à Tahiti
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles