Un an ferme pour avoir battu et violé sa concubine

Voir les commentaires
Un an ferme pour avoir battu et violé sa concubine
PAPEETE, le 13 mars 2018 - L’individu, père d’un petit garçon, était poursuivi pour des violences et une agression sexuelle commises sur sa compagne. Le fait de viol ayant été requalifié, le prévenu comparaissait devant le tribunal correctionnel.

Le 15 novembre 2015, les gendarmes de Papara sont appelés pour intervenir dans le cadre de violences conjugales. Sur place, les forces de l’ordre trouvent une femme qui présente de nombreuses traces de coup. La victime, qui est ivre, est emmenée au commissariat afin d’y être entendue. Elle explique alors que son concubin, sans emploi, l’a frappée suite à une dispute. Si fort qu’elle en a perdu connaissance. Elle ajoute que cette violence est fréquente et qu’elle a été victime d’un viol quelques semaines auparavant alors qu’elle gisait sur le sol suite à de nouvelles violences.

Le couple est arrivé ensemble au tribunal ce mardi. Malgré la violence des faits, la victime n’a pas souhaité se constituer partie civile. Elle s’est même avancée à la barre pour expliquer que son compagnon avait beaucoup changé depuis les faits, « maintenant, ça va carrément mieux. »

Lors de ses réquisitions, le procureur de la République a abordé la thématique des violences sexuelles intraconjugales : « il est rare que ce type d’affaires soit portée devant le tribunal car les faits sont peu révélés mais cela démontre que ces violences existent réellement (…) Les faits sont extrêmement graves et l’on se demande comment un être humain peut avoir envie de violer une femme qui est au sol, agonisante. Il faut que la victime et son fils soient protégés. » Le représentant du ministère public a requis cinq ans de prison dont trois avec sursis mise à l’épreuve et obligation de soins.

Après en avoir délibéré, les magistrats ont condamné l’homme à cinq ans de prison dont 4 avec sursis, obligations de soins et de formation.




Tahiti-Infos, le site N°1 de l'information à Tahiti
Lire la suite de l'article ici :

Partager cet article

Ecrire un Commentaire

Autres articles