▶️ Rachat de Vindémia: "Quand une situation devient intenable il faut alerter"

▶️ Rachat de Vindémia: "Quand une situation devient intenable il faut alerter"
▶️ Rachat de Vindémia:
Le rachat d’une partie des actifs du groupe Vindémia par le groupe Hayot (GBH) n’en finit plus de faire parler dans le microcosme politique local. Le président de Région, Didier Robert est revenu plus en détail ce mercredi sur cette vente et appelle à la tenue d’une « conférence territoriale de la grande distribution » en présence des acteurs du secteur, mais aussi avec les associations consommateurs. Le but: parvenir à l’élaboration d’une charte pour l’amélioration du pouvoir d’achat des familles « avec un engagement formel sur le prix ».

En préambule, Didier Robert est d’abord revenu sur la situation économique de l’île, qui reste « fragile » malgré les montants importants investis sur le territoire « ,mais qui ne sont pas à la hauteur des ambitions » a-t-il rappelé en raison notamment des décisions prises au niveau national. Un « manque de cohérence » pour le président de la collectivité régionale, qui alimente selon lui la situation de « statu quo » du tissu économique réunionnais.

Sans pointer du doigt GBH, qu’il qualifie de « groupe réunionnais qui investit énormément et qui est un des plus gros employeurs sur le territoire », le patron de la Pyramide inversée estime malgré tout que les situations de quasi-monopoles ou de positions dominantes de certains groupes présents sur l’île « fragilisent progressivement le modèle économique réunionnais ». Une situation qui « maintient les déséquilibres et qui profite finalement toujours aux mêmes au détriment des consommateurs », poursuit Didier Robert. « Je le dis pour GHB, mais aussi pour n’importe quel groupe: quand une situation devient intenable il faut alerter », ajoute-t-il.

Une loi antitrust pour limiter les abus ?

Pour mettre fin à ces déséquilibres persistants, en plus de la tenue de cette conférence territoriale de la grande distribution, qui devrait se tenir d’ici deux mois, le président de Région a énuméré trois autres propositions. La première, une saisine du CESER qui sera en charge d’une étude d’impact sur l’économie réunionnaise après le rachat d’une partie des actifs de Vindémia.

Une étude qui devrait être élargie dans d’autres secteurs. Didier Robert appelle également les parlementaires locaux à plancher sur l’élaboration d’une loi anti-monopole spécifique à La Réunion « pour qu’on puisse avoir un cadre bien défini, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui », assure-t-il.

Enfin, il demande la mise en place d’un plan d’ensemble de rénovation et de revitalisation des centres-villes et des quartiers « portés de manière conjointe par les acteurs privés et publics ».



www.zinfos974.com

Source : https://www.zinfos974.com/▶️-Rachat-de-Vindemia-Quand-une-situation-devient-intenable-il-faut-alerter_a144246.html

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *