« Black Forest » de Pascale Marthine Tayou

Jusqu’au 22 mars 2020 à la Fondation Clément

— Présentation de Jérôme Sans, commissaire de l’exposition —

Pascale Marthine Tayou se décrit volontiers comme « un faiseur nourri par la poussière africaine… mais aussi par d’autres émotions, d’autres senteurs, d’autres univers 1». Né en 1966 à Nkongsamba, il est devenu l’un des plus grands artistes de sa génération. Dans les années 1990, après des études de droit jugées décevantes, car inaptes à construire un homme « juste », il se tourne vers son environnement le plus immédiat et commence à faire tout simplement « ce qu’il aime ». Il se désigne luimême comme « un faiseur », c’est-à-dire « quelqu’un qui égaye la foule, qui raconte des histoires (…) quelqu’un qui ne fait pas les choses normalement. » Après avoir vécu un temps en France, il s’installe à Gand en Belgique, même s’il continue d’habiter le monde dans sa globalité au gré de ses voyages.

Depuis notre rencontre à la Biennale de Sydney en 1998, Pascale Marthine Tayou et moi-même avons nourri une complicité qui nous a conduits à de nombreuses collaborations et participations à des projets à travers le monde, dont un nouveau chapitre commence ici, à la Fondation Clément en Martinique.

Lire Plus =>

Source : http://www.madinin-art.net/

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *