Chienlit à l’URPS des Médecins de La Réunion. Pourquoi ?

Les Unions Régionales des Professionnels de Santé médecin (URPS médecin) sont sensées dans la mise en œuvre du projet régional de santé faire prévaloir
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Chienlit à l'URPS des Médecins de La Réunion. Pourquoi ?

Les Unions Régionales des Professionnels de Santé médecin (URPS médecin) sont sensées dans la mise en œuvre du projet régional de santé faire prévaloir l’exercice libéral, conformément à une politique voulue par les syndicats nationaux représentatifs des médecins libéraux (CSMF – FMF – SML – MG pour citer les principaux), et bien qualifiés de représentatifs car seuls habilités à négocier toute nouvelle convention avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie.

Chaque syndicat national représentatif se doit pour chaque élection régionale à l’URPS médecin de présenter des listes régionales généraliste et/ou spécialiste de médecins libéraux. Les URPS s’avérant financées par la Contribution aux URPS (CURPS), un prélèvement obligatoire opéré sur les charges sociales personnelles obligatoires (URSSAF) des médecins libéraux de France, qui pour la plupart l’ignorent. Par un système de part primordiale de la collecte nationale de CURPS distribuée ensuite à part égale à 13 régions soit très favorable aux petites régions, l’URPS de la Réunion (connue sous la qualificatif d’URML OI) devenant alors une des plus riches de France pour seulement 1200 médecins en exercice libéral dans le département . 

Or, il existe une importante problématique, dans la plupart des URPS et celle de la Réunion en particulier, d’actions très dispendieuses non soucieuses de décliner des objectifs syndicaux nationaux de défense et valorisation en région de la médecine libérale. Peu ou pas question pour des élus véritables « électrons libres » à l’URPS d’en référer à leurs syndicats locaux et surtout nationaux. Plus grave encore, ce qui est flagrant à la Réunion, l’URPS désignée et reconnue par la Préfecture, l’Agence Régionale de Santé ( ARS ) et la Caisse Régionale d’Assurance Maladie comme interlocuteur privilégié voire unique, avec pour conséquence une représentation syndicale nationale effective déclinée en région absente de fait. Le résultat est des syndicats nationaux finalement le plus souvent absents en région et très affaiblis sur le plan national. A remarquer enfin un pseudo syndicalisme souvent alimentaire pour certains, des intérêts personnels voire même des conflits d’intérêt parfois constatés aux URPS. Et plus particulièrement à l’URPS de la Réunion indigne de l’institution et qui connaît la démission des élus de 3 syndicats sur 5, ceux des 2 restants semblant accepter et cautionner la gabegie. 

DE LÉGITIMES QUESTIONS DE DÉMOCRATIE se posent. Dorénavant le versement de la CURPS actuellement volée par les URPS aux syndicats nationaux au prorata des votes obtenus par chacun  Ce qui permettrait à des syndicats nationaux exangues et sous-syndicalisés de disposer de moyens et devenir franchement représentatifs, à considérer comme adhésion syndicale tout vote exprimé. Par ailleurs question posée de l’élection suivant un même mode électoral de syndicalistes régionaux rémunérés par leur syndicat national respectif autorisant ainsi une véritable représentation et déclinaison syndicale territoriale voulue en fait par chaque médecin électeur.

 


www.zinfos974.com

Source : https://www.zinfos974.com/Chienlit-a-l-URPS-des-Medecins-de-La-Reunion-Pourquoi_a165277.html

Partager cet article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *