Éphéméride du jour,.. 29 janvier 1954, Naissance à Kosciusko, (Mississippi), d’Oprah Winfrey, personnalité américaine des médias, actrice nommée aux Academy Awards, productrice, critique littéraire et éditrice de magazines

Ephéméride du Jour

29 janvier 1954 Naissance à Kosciusko, (Mississippi), d’Oprah Winfrey, personnalité américaine des médias, actrice nommée aux Academy Awards, productrice, critique littéraire et éditrice de magazines.

Elle est surtout connue pour son talk show The Oprah Winfrey Show qui a gagné plusieurs prix, et qui est devenu le programme le plus vu dans l’Histoire. Elle a été classée la personnalité afro-américaine la plus riche du XXe siècle, l’Afro-américaine la plus philanthrope de tous les temps, et est la seule milliardaire noire dans le monde.

Selon le magazine Forbes elle est la deuxième fortune de l’industrie du divertissement.

————————————————————————————

Aujourd’hui, 29 janvier 2015

29ème jours de l’année, 5ème semaine de l’année

336 jours avant la fin de l’année

————————————————————————————-

UN FAIT A RETENIR

1635 Naissance de l’Académie française

Le cardinal de Richelieu, pour avoir une plus grande main mise sur les gens les plus importants à l’époque, a fondé » les amis des lettres françaises » et en tire un nouveau prestige. Ce jour, il érige le petit groupe en une académie dont il devient le protecteur. C’est l’Académie française. Le nombre d’académiciens est fixé à 40. Parmi les plus influents du jour, il y a Vaugelas, Séguier, Voiture… De nos jours l’Académie française existe toujours, il y a toujours 40 membres et lorsqu’un membre décède ou se retire, les autres membres élisent un remplaçant. Le rôle de l’Académie française est de veiller sur la langue française. Elle agit pour en maintenir les qualités et en suivre les évolutions nécessaires. Elle en définit le bon usage.

Elle le fait en élaborant son dictionnaire qui fixe l’usage de la langue, mais aussi par ses recommandations et par sa participation aux différentes commissions de terminologie.

——————————————————————————

HAITI

29 Janvier

1962. Vote décisif d’Haiti entraînant l’expulsion de Cuba de l’OEA,

Durant une réunion spéciale de l’organisation hémisphérique à Punta del Este (Uruguay), on décida d’en exclure Cuba qui venait d’embrasser le communisme. Le ministre Haïtien René Charlmers, qui dirigeait la délégation du pays, reçut, du président François Duvalier, l’ordre de voter en faveur de l’exclusion. D’aucun pensait que Duvalier échangea le vote d’Haïti contre une aide économique qui ne matérialisa jamais. Mais Duvalier s’expliqua : « Ce vote donné à Punta del Este représentait évidemment une contribution de poids à la réalisation des objectifs du gouvernement américain et revêtait pour nous un caractère essentiellement politique. »

——————————————————————————

La Pensée du Jour

« Ne juge pas chaque jour à la récolte que tu fais, mais aux graines que tu sèmes. »

R L Stevenson

——————————————————————————

PRENOM DU JOUR

Saint Gildas mais aussi Gilda, Gildasine, Gildo…

Mort en 570, originaire d’Écosse, il exerça son zèle en Irlande, en Angleterre et en Bretagne, où on voit encore les ruines d’un monastère qu’il fonda dans la presqu’île de Rhuis (Morbihan). Les Gildas sont intuitifs et fidèles. Leur couleur : le noir. Leur chiffre : le 9.

————————————————————————————

Aujourd’hui

Jeudi 29 Janvier 2015 Premier Quartier

Mardi 03 Fevrier 2015 Pleine Lune

L’Ere du Verseau, comprise entre le 20 janvier et le 19 février

——————————————————————————

LE CULTUREL CHEZ NOUS

————————————————————————————-

MIZIK LAKAY

T-VICE « WARETE »

Pour découvrir la musique de T-VICE« WARETE » cliquez sur le site :

https://www.youtube.com/watch?v=DW_9fBSZgIQ

Influencés par leur père, Robert Martino, guitariste du groupe Top Vice, Roberto (16 ans) et Reynaldo (13 ans) Martino décident de monter en 1992 leur propre groupe de compas, T-vice. Peu après, James Cardozo et Gerald Kébreau, des amis de longue date, viennent s’ajouter au duo. Rapidement, T-Vice impose son style énergique, ses textes entrainants et son jeu de scène moderne, véritable innovation dans le milieu kompa. En 1994, après de nombreuses difficultés, Kompa Kontact, leur premier album est enfin dans les bacs. Il faut tout de même attendre la sortie du deuxième album, In the house, en 1995 pour que le groupe soit officiellement reconnu. De 1996 à 2006, neuf autres albums s’enchainent, ponctués de tournées internationales, de prix gagnés et d’apparitions avec de grands artistes talentueux. Le temps passé est une force qui a permis à T-Vice de démontrer sa valeur. Petit à petit, le groupe s’est étoffé avec l’arrivée de : Olivier Duret, Rivenson Louissaint, Eddy Viau et Ricot Amazon.

CARNAVAL

Après deux années de défaites consécutives, T-Vice redonne l’assaut pour sauver la face devant Djakout #1. Avec sa méringue 2015 baptisée « Warete » sortie le 24 janvier, Roberto s’arme pour le trajet qu’il a pris il y a de cela plus de dix ans.

Cette année, Roberto fait main basse sur Pouchon et ses problèmes avec la justice pour tenter d’assoir le succès de « Warete ». En attendant, ça lui réussit. Avec plus de 80 000 Play sur le site internet de PleziKanaval, la méringue fait du bon chemin.

Quoi qu’il en soit, cette polémique semble loin de connaître un répit. On n’imagine plus le carnaval national sans la polémique Djakout #1 / T-Vice. Cette guerre de décibels presque sans protocole devient le centre d’intérêt de grand nombre de carnavaliers. Les fans s’y accrochent tellement que les concurrents sont obligés de capituler malgré toute l’ampleur que cela a pris et tout le stress que cela provoque.

————————————————————————————-

DOSSIER CARNAVAL

Haïti – Carnavals 2015 : Concours de photo ouvert à tous

Le Ministère du Tourisme et des Industries Créatives (MICT), organise une fois de plus, un concours de photographie sur les activités pré-carnavalesques ainsi que sur le Carnaval de Jacmel et le Carnaval National 2015, qui se déroulera à Port-au-Prince. Le MTIC, invite tous les amateurs et les professionnels à concourir.

————————————————————————————-

IFH- Aujourd’hui-6H00PM-Entrée Libre

CONFÉRENCE

« Le Rara dans la musique haïtienne »

Par Pascale Jaunay, Directrice de Caracoli

Avec le support de la FOKAL

————————————————————————————-

Salle FOKAL-Unesco-Aujourd’hui-3HPM- Entrée libre

PROJECTION

« Devine qui vient dîner ? »

Une initiative d’American corner

————————————————————————————-

Rendez vous d’outre mer

Lycée St-Exupéry –Jusqu’au 12 février- 6H30PM

EXPOSITION

La galerie du Temps présente : « Le chemin aux esprits », une quarantaine de peintures d’Eddy St-Martin.

Adresse : 2-4 rue Henri Matisse, 94000 Créteil – tél : 06 83 18 31 31

————————————————————————————-

Kay mizik la – Vendredi 30 Janvier-9H00AM- Entrée libre pour les membres

RENCONTRE

Avec le musicien polyvalent, compositeur et producteur, Jowee Omicil, Canaadien d’origine haïtienne (habitué du Festival International de Jazz de Port-au-Prince)

Adresse : – 35, Rue Roy, Port-au-Prince

————————————————————————————-

Parc Historique de la Canne à Sucre- Vendredi 30 Janvier-7H00PM

Un concert à ne pas manquer

« Haïti-Afrique : cœurs en résonance »

La Fondation Françoise Canez Auguste, l’Association Touristique d’Haïti (ATH), Conseil International des Musées (COM) et le Bureau National d’Ethnologie annoncent un concert de levée de fonds au profit du Bureau National Historique.

Ce spectacle inédit permettra au public de découvrir les talents pluridimensionnels de l’artiste Érol Josué en compagnie de son Quintet de France, avec la participation des artistes et groupes de renom invités tels BelO, Jean Coulanges, Dadi Beaubrun, Jean Jean Roosevelt, Coralie Hérard, Boukman Eksperyans et Nègès Fla Voudou.

En prélude à ce concert, sera inaugurée l’exposition permanente « Les Anneaux de la Mémoire de Nantes », financé par le secrétariat d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union Européenne.

Aux nombreux fans de la musique traditionnelle et du monde, qui feront le déplacement au Parc Historique de la Canne à Sucre, l’exposition qui sera inaugurée vers 6h00 p.m. sera suivie du spectacle musical qui débutera aux environs de 7h30 p.m., avec des chants, des danses, des récits et des projections autour de la richesse et de la diversité du patrimoine d’Haïti.

————————————————————————————-

Atis Rezistans- Jusqu’au 12 Février

Exposition photographique par Daniel Morel

Pour le 5ème anniversaire du tremblement de terre, le photographe invite le public à une série d’exposition intitulée SONJE.

Adresse : 622, Boulevard JJ Dessalines, Grand Rue

————————————————————————————-

RRM-GRAND PALAIS / Paris / Haïti à l’honneur

Jusqu’au 15 Février 2015.

Un voyage à travers deux siècles de l’histoire de la production artistique haïtienne qui sera proposé aux visiteurs dans cet établissement prestigieux.

Une grande première pour Haïti puisque l’exposition englobe tous les aspects de l’art haïtien (sculpture, peinture, video et installation).

Dans la grande cour, il y aura également l’ambiance de Rara de chez nous.

————————————————————————————-

L’actualité du monde aujourd’hui

DANS LE MONDE

Une super-planète dispose d’anneaux 200 fois plus gros que ceux de Saturne https://fr.news.yahoo.com/super-planète-dispose-danneaux-200-fois-gros-saturne-134526872.html

Des chercheurs réussissent à « décuire » un œuf dur

https://fr.news.yahoo.com/chercheurs-réussissent-à-décuire-uf-dur-201355707.html

BONJOUR SANTE

Brûlures d’estomac : elles peuvent être un signe de cancer

https://fr.pourelles.yahoo.com/br%C3%BBlures-destomac-elles-peuvent-%C3%AAtre-signe-cancer-150000270.html

Un étonnant dispositif pourrait permettre aux sourds d »’entendre » avec la langue

https://fr.news.yahoo.com/étonnant-dispositif-pourrait-permettre-sourds-dentendre-langue-090314593.html

————————————————————————————

L’actualité du monde, dans le passé

1763 Décès Louis Racine, poète français

Louis Racine est un poète français né à Paris le 6 novembre 1692 et mort à Paris le 29 janvier 1763, second fils et septième et dernier enfant de l’illustre dramaturge Jean Racine.

Biographie

Louis Racine perdit son père à l’âge de six ans. Il fit ses études au Collège de Beauvais sous la direction de Charles Rollin, puis, pour complaire à sa mère, il fit son droit et devint avocat. Puis, constatant que le barreau ne lui convenait pas, il se tourna vers la carrière ecclésiastique et entra chez les Oratoriens de Notre-Dame des Vertus où il resta trois ans. Le chancelier d’Aguesseau le prit sous sa protection. Chez celui-ci, à Fresnes, il acheva son poème de La Grâce (publié en 1720), qu’il avait commencé à l’Oratoire.

Grâce à l’amitié du chancelier d’Aguesseau, il entra en 1719 à l’Académie des Inscriptions, ce qui pouvait se justifier car il connaissait, outre le grec et le latin, l’hébreu et l’italien. En revanche, sa candidature à l’Académie française fut repoussée par le cardinal de Fleury en raison du jansénisme qui inspire le poème de La Grâce.

En compensation, le cardinal de Fleury lui recommanda de faire carrière dans les fermes. En 1722, Louis Racine fut nommé inspecteur général des fermes du roi en Provence, en résidence à Marseille. Il fut ensuite nommé directeur des fermes à Salins, à Moulins puis à Lyon, où il se maria en 1728 avec Marie Presle de L’Écluse, fille d’un conseiller à la cour des monnaies de cette ville. Il devint directeur des gabelles à Soissons (1732) puis fut reçu à la Table de marbre comme maître particulier des Eaux et Forêts du duché de Valois.

En 1742, il publia son poème de La Religion. En 1746, il quitta l’administration et revint à Paris. En 1750, il fut battu une seconde fois à l’Académie française. Il perdit son fils aîné en 1755 à Cadix, victime de l’inondation causée par le tremblement de terre de Lisbonne. Ce fut pour lui un coup terrible et il cessa d’écrire, se bornant à traduire le Paradis Perdu de Milton, et se plongea dans la dévotion. Il mourut en 1763.

Louis Racine était un homme plein de douceur et d’humilité, dont on disait : « C’est un saint qui a la figure d’un réprouvé. »

Œuvres

Postérité littéraire

Boileau, qui avait suivi les débuts de Louis Racine, lui avait déclaré : « Il faut que vous soyez bien hardi pour oser faire des vers avec le nom que vous portez ! Ce n’est pas que je regarde comme impossible que vous deveniez un jour capable d’en faire de bons ; mais je me méfie de ce qui est sans exemple, et depuis que le monde est monde on n’a pas vu de grand poète fils d’un grand poète. »

« Petit-fils d’un grand-père », selon Voltaire, Louis Racine n’en fut pas moins un des bons poètes du XVIIIe siècle. Le poème de La Religion, a dit La Harpe « n’est pas un ouvrage du premier ordre, c’est un des meilleurs du second ». Mais, comme le remarque son protecteur, le chancelier d’Aguesseau : « Son génie ne le porte point à l’invention. » Sa poésie est à son image : on y sent partout l’homme de bien, sincère et de bonne volonté, mais ennuyeux et un peu compassé.

Ses deux grands poèmes sur La Grâce et La Religion sont animés d’une foi authentique, mais ils sont monotones et pêchent souvent par excès de didactisme. Le poème de La Grâce prétend mettre en vers saint Augustin et saint Thomas : « J’ai souvent employé, dit l’auteur, les termes de l’Écriture sainte et des Pères, et c’est en cela que consiste le mérite de mon travail. »

Le poème de La Religion a été très célèbre et souvent réimprimé. Le sujet est tiré des Pensées de Pascal et du Discours sur l’histoire universelle de Bossuet. Il s’agit de montrer l’accord de la religion, de la raison et de la vérité. Instruit par les déboires que lui avait causés le poème de La Grâce, l’auteur a dissimulé son jansénisme, et se montre avant tout cartésien :

Rassurons-nous pourtant, le jour commence à naître.Nous allons tous penser, Descartes va paraître.

Outre ces deux poèmes didactiques, Louis Racine a composé sept odes dont une Ode sur l’harmonie (1736) et une Ode sur la paix (1736), quatre épîtres assez didactiques, dont deux sur l’âme des bêtes.

Il a publié de très intéressants Mémoires sur la vie de Jean Racine, souvent reproduits dans les éditions anciennes des œuvres de Racine. On y trouve également des renseignements utiles sur Boileau et des anecdotes amusantes. Ses Odes saintes, tirées pour la plupart des psaumes, diluent l’énergique concision des textes sacrés dans un flot de métaphores, mais sont intéressantes par des recherches de versification faisant varier les mètres et la forme des strophes à l’intérieur d’un même poème.

Il est également l’auteur de Réflexions sur la poésie (1747) dans lesquelles il se montre fidèle disciple de Boileau, préconisant l’imitation de la nature et des Anciens, méprisant Ronsard et la poésie de la Renaissance : « Le plaisir de la poésie, comme celui de la peinture, est produit en nous par l’imitation […] tout ce qui est bien imité nous plaît. » Mais il soutient également que « l’essence de la poésie consiste dans l’enthousiasme » et que « le langage poétique [est] celui des passions ». Il insiste également sur l’importance de la versification et des figures de rhétorique (périphrases, métaphores, comparaisons, alliances de mots) : « La nature inspire d’abord la rapidité du style et la hardiesse des figures : l’art vient ensuite et pour rendre le style poétique encore plus harmonieux, le resserre dans les bornes de la versification. »

En définitive, c’est avant tout un très beau poème de Paul Verlaine dans Sagesse qui assure l’immortalité à Louis Racine :

Sagesse d’un Louis Racine, je t’envie !De n’avoir pas suivi les leçons de Rollin,N’être pas né dans le grand siècle à son déclin,Quand le soleil couchant, si beau, dorait la vie…

Liste chronologique

Les Œuvres de Louis Racine ont été publiées par Julien-Louis Geoffroy en 1808 (Paris, Le Normant, 6 vol. in-8°) (texte intégral sur la base Gallica : tomes I II III IV V VI).

Sur les autres projets Wikimedia :

Louis Racine, sur Wikisource

La Grâce, poème en 4 chants, 1720

Épître à M. de Valincourt, 1722

Épître au comte de Clermont, 1723

Première épître à la duchesse de Noailles, 1723

Ode sur la solitude, 1723

Comparaison de l’Iphigénie d’Euripide avec l’Iphigénie de Racine, 1727

Épître à Mme la duchesse de Noailles sur l’âme des bêtes, 1728

Réflexions sur l’Andromaque d’Euripide et l’Andromaque de Racine, 1732

Ode sur l’harmonie, 1736

Ode sur la paix, 1736

La Religion, poème en 6 chants, 1742

La ville de Paris au Roy, entrant à Paris à son retour de Metz, épître, 1744

Réflexions sur la poésie, 1747

De la déclamation théâtrale des anciens, 1747

Mémoires sur la vie de Jean Racine, 1747 et 1752

Le Paradis perdu… traduction nouvelle avec des notes, la vie de l’auteur, un discours sur son poème les remarques d’Addison, et, à l’occasion de ces remarques, un discours sur le poème épique, traduit en français, 1755

Psaumes traduits et mis en vers, 1762

Traité de la poésie dramatique ancienne et moderne

Citations

L’Éternel se leva : Satan du haut des airs,Comme l’éclair qui fuit, tomba jusqu’aux enfers. (Épîtres)Tous les siècles entiers sont un jour à sa vue (La Grâce)Le ciel fondit en pluie, et le juste parut (La Grâce)…Que de vastes contréesAssises loin du jour dans l’ombre de la mort ! (La Grâce)Il confond l’orgueilleux qui cherche à tout savoir.Pour les sages du monde il voile ses mystères…Tandis qu’il les révèle à ces humbles esprits. (La Grâce)Mon cœur…Fait le mal qu’il déteste et fuit le bien qu’il aime. (La Grâce)Tel que brille l’éclair qui touche au même instantDes portes de l’Aurore aux bornes du couchant,Tel que le trait fend l’air sans y marquer sa trace ;Tel, et plus prompt encor, part le coup de la grâce. (La Grâce)Monstre de vanité, prodige de misère,Je ne suis à la fois que néant et grandeur. (La Religion)L’amertume secrète empoisonne toujoursL’onde qui nous paraît si claire dans son cours. (La Religion)Boileau, Corneille, et toi que je n’ose nommer,Vos esprits n’étaient-ils qu’étincelles légères ? (La Religion)Dieu de paix ! Que de sang a coulé sous ton nom ! (La Religion)Le Verbe égal à Dieu, splendeur de sa lumièreAvant que les mortels sortis de la poussiere,Aux rayons du soleil eussent ouvert les yeux :Avant la terre, avant la naissance des cieux,Éternelle puissance, et sagesse suprême,Le verbe était en Dieu, fils de Dieu, Dieu lui-même. (La Religion)

Références

Sources

Maurice Allem, Anthologie poétique française, XVIIIe siècle, Paris, Garnier Frères, 1919

Émile Faguet, Histoire de la poésie française, tome VIII, p. 15-143

Cardinal Georges Grente (dir.), Dictionnaire des lettres françaises. Le XVIIIe siècle, nlle. édition revue et mise à jour sous la direction de François Moureau, Paris, Fayard, 1995, p. 1082-1085

« Louis Racine », dans Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, 2 volumes

Jean de Viguerie, Histoire et dictionnaire du temps des Lumières. 1715-1789, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 2003 – (ISBN 2-221-04810-5).

1843 Naissance William McKinley, 25ème président des États-Unis

William McKinley (29 janvier 1843 – 14 septembre 1901) fut le 25e président des États-Unis. McKinley présida à la victoire américaine lors de la guerre hispano-américaine, augmenta les droits de douane pour soutenir l’industrie américaine et maintint les États-Unis dans l’étalon-or contre les propositions inflationnistes. McKinley fut assassiné en septembre 1901, au cours de son second mandat.

McKinley commença la guerre de Sécession en tant que simple soldat et la termina avec le grade de major breveté. Après la guerre, il s’installa à Canton dans l’Ohio où il commença une activité de juriste et se maria avec Ida Saxton. En 1876, il fut élu à la Chambre des représentants où il devint le spécialiste républicain des droits de douane protectionnistes qui selon lui apporteraient la prospérité. Sa proposition d’augmenter fortement les droits de douane par le McKinley Tariff fut très critiquée et la controverse associée au gerrymandering démocrate lui coûtèrent son siège lors des élections de 1890. Il fut élu au poste de gouverneur de l’Ohio en 1891 et en 1893 où il essaya d’équilibrer les intérêts du capital et ceux des travailleurs. Avec l’aide de son proche conseiller Marcus Hanna, il obtint la nomination républicaine pour l’élection présidentielle de 1896 dont l’enjeu principal fut la crise économique qui frappait le pays. Il battit son adversaire démocrate, William Jennings Bryan, en défendant une « monnaie saine » et en promettant que des droits de douane élevés restaureraient la prospérité.

La présidence de McKinley fut marquée par une rapide croissance économique. Il défendit le Dingley Act de 1897 destiné à protéger les industries américaines de la compétition étrangère et en 1900 il obtint le passage du Gold Standard Act mettant fin au bimétallisme. McKinley essaya de persuader l’Espagne d’accorder l’indépendance à Cuba alors en pleine révolution mais après l’échec des négociations, il mena les États-Unis dans la guerre hispano-américaine. La victoire américaine fut rapide et décisive et dans le traité de Paris de 1898, l’Espagne transféra le contrôle de ses colonies de Porto Rico, Guam et des Philippines aux États-Unis ; Cuba devait devenir indépendant mais en réalité, il devint un protectorat américain. La république d’Hawaï, alors indépendante, rejoignit les États-Unis en 1898 avec le statut de territoire.

McKinley fut réélu contre Bryan en 1900. Il fut cependant assassiné par un anarchiste en septembre 1901 et son vice-président, Theodore Roosevelt, lui succéda. Les historiens considèrent la victoire de McKinley en 1896 comme un tournant de la politique américaine qui marqua le début de l’ère progressiste dominée par le parti républicain.

1927 Naissance de Lewis Frederick Urry, canadien d’origine, est l’inventeur des piles alkalines et lithium. Il détient une cinquantaine d’inventions toutes reliées aux piles.

Lewis Urry, né le 29 janvier 1927 à Pontypool, en Ontario (Canada) et mort le 19 octobre 2004, dans l’Ohio (États-Unis), était un ingénieur électrochimiste et inventeur canadien.

Il a inventé la pile alcaline Zinc/Manganèse, avec Karl Kordesch et P.A. Marsal.

Biographie

Après des études de génie chimique à l’université de Toronto, et l’obtention de son diplôme en 1950, Urry commença sa carrière dans la société Eveready (devenue Energizer en 1980). En 1955, il partit au laboratoire de la société à Parma, dans l’Ohio, pour chercher une manière de prolonger la vie des piles zinc-carbone, dont la durée limitée était un sérieux inconvénient. Urry se rendit compte que le développement d’un nouveau type de pile serait plus économique que de chercher à prolonger les piles existantes.

Pendant les années 1950, beaucoup d’ingénieurs avaient expérimenté les piles alcalines. Ainsi, W.S. Herbert avait introduit la première pile alcaline commerciale à base de dioxyde de manganèse en 1952. Mais aucun n’avait pu en développer une qui dure suffisamment pour amortir les coûts de production.

Urry, après beaucoup d’essais, se rendit compte que le couple zinc / dioxyde de manganèse fonctionnait bien avec un électrolyte composé de potasse (hydroxyde de potassium) et que la pile avait une bien meilleure capacité lorsqu’on utilisait de la poudre de zinc, au lieu de zinc métallique.

On raconte que, pour vendre l’idée à ses chefs, il plaça la pile dans une voiture jouet, et la fit rouler dans la cantine, en compétition avec la même voiture équipée de piles salines. Il démontra ainsi que sa nouvelle pile durait plus longtemps.

En 1957, Lewis Urry, Karl Kordesch et Paul A. Marsal déposèrent le brevet américain immatriculé 2,960,558 pour la pile alcaline sèche, qui devint la pile Eveready modèle D. Ce brevet fut reconnu en 1960 et attribué à Union Carbide, pour laquelle travaillait Karl Kordesch1.

Eveready commença la production de ces piles en 1959. Les piles alcalines d’aujourd’hui ont été considérablement perfectionnées, et durent des dizaines de fois plus longtemps que le prototype.

En 1999, Urry offrit le prototype de sa pile, ainsi que la première pile produite en série, à la Smithsonian Institution. Les deux se trouvent exposées dans la même salle que la lampe à incandescence d’Edison2.

1595 Première présentation de « Roméo et Juliette », de William Shakespeare

Shakespeare fait représenter pour la première fois la tragédie amoureuse « Roméo et Juliette ». L’histoire, devenue aussi universelle que Tristan et Iseult, est inspirée d’une nouvelle de Matteo Bandello, écrivain italien de la première moitié du XVIème siècle. Comme dans les tragédies grecques, deux familles sont soumises à un destin de haine, sans que chacun en connaisse les raisons et ne cherche à les comprendre. Ainsi, l’inimitié entre Capulet et Montaigu apparaît comme une fatalité qui aboutit à la mort des deux amants. Mais ce dénouement dramatique permet aussi la réconciliation des deux familles. L’histoire inspirera de nombreux compositeurs, comme Berlioz ou Bellini, mais aussi des cinéastes

1886 L’inventeur allemand Karl Benz dépose une demande de brevet pour un véhicule mû à l’essence, avec une vitesse de pointe de 15 kilomètres à l’heure. L’inventeur baptisera son véhicule du nom de Mercedes.

Mercedes-Benz est une marque allemande d’automobiles, de tracteurs, de camions et d’autocars indépendante fondée en 1926.

De 1885 à 1944

En 1886, l’inventeur allemand Gottlieb Daimler invente le moteur à combustion interne avec Wilhelm Maybach à Cannstatt près de Stuttgart (Royaume de Wurtemberg) puis fonde la société Daimler Motoren Gesellschaft en 1890 avec Wilhelm Maybach (ingénieur en chef) et son fils Paul Daimler qui lui succédera après sa disparition en 1900. En 1896, G. W. Daimler entre dans l’ère de l’industrie du camion avec son premier 1,5 tonne à moteur arrière.

En 1902, Emil Jellinek, le plus important concessionnaire d’automobile Daimler Motoren Gesellschaft de la Riviera du début du XXe siècle dépose et protège officiellement et légalement la marque commerciale « Mercedes », du surnom de sa fille alors âgée de 13 ans, et signe un « contrat d’exclusivité commerciale » pour les automobiles Daimler Motoren Gesellschaft pour l’Autriche-Hongrie, la France, la Belgique et les États-Unis. Il fait légalement modifier son nom en « Emil Jellinek-Mercedes ». Il fait construire par Paul Daimler et Wilhelm Maybach de Daimler Motoren Gesellschaft les premières Mercedes 35 HP de course et Mercedes Simplex qu’il se charge de commercialiser et entre au conseil d’administration de Daimler Motoren Gesellschaft.

En 1909, Mercedes dépose la célèbre étoile à trois pointes, pour représenter les trois voies que Gottlieb Daimler avait choisies pour ses moteurs : terre, mer et air, emblème de toutes ses voitures à partir de 1911. En 1923, un camion Daimler à moteur Diesel fut exposé à la foire de Berlin.

En 1924, Daimler Motoren Gesellschaft met ses intérêts en commun avec « Benz & Cie » de Karl Benz puis fusionne en « Mercedes-Benz AG » le 28 juin 19262.

En 1931, les modèles sont désignés par le préfixe L (pour lastwagen, « camion » en français). Pendant la guerre, plus de 64 000 camions utilitaires seront produits, presque exclusivement pour les forces armées.

En 1938, le gouvernement allemand établit des restrictions et Daimler-Benz a l’autorisation de produire uniquement des camions deux essieux de 3 t, 4,5 t, et 6 tonnes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la pression et l’obligation de Hitler, Mercedes-Benz exploite des travailleurs soviétiques et des travailleurs français à partir de 1941. Cette force de travail devient rapidement indispensable au fonctionnement de l’entreprise, qui équipe la Luftwaffe et la machine de guerre allemande. Les conditions de travail étant très dures, des grèves ont lieu et les protestataires sont envoyés en camps de concentration. En décembre 1944, Mercedes-Benz exploite 26 958 travailleurs forcés et 4 887 prisonniers de guerre.

Pendant la guerre, les usines de Untertürkheim sont bombardées, obligeant l’entreprise à se concentrer sur d’autres produits, dont des bicyclettes. La production d’automobiles reprend dans les usines de Sindelfingen, ayant survécu aux bombardements. À la fin de la guerre, la firme fabriquera une série de camions appelés Opel Blitz.

L’après Seconde Guerre mondiale ; la production de camions

En 1951, la fabrication des camions mi-lourds et lourds est à nouveau autorisée et bientôt apparaissent les premiers camions à cabine avancée. Daimler-Benz acquiert les droits d’Unimog.

En 1955, Mercedes-Benz sort une nouvelle gamme nommée « LP ». Ce nom est utilisé pour démontrer le confort des camions qui ressemblait à celui des wagons Pullman. Les camions lourds sont construits à l’usine de Gaggenau qui fabrique aussi les Unimog, les mi-lourds sont produits à Mannheim. La limite de 32 tonnes avec remorque est autorisée en 1958 par le gouvernement allemand.

En 1958, Daimler-Benz AG, possède plusieurs usines en Allemagne et dans vingt-quatre autres pays. Gaggenau, reste la principale usine de camions et Mercedes-Benz réalise près de 75 % des exportations de camions allemands.

En 1963, un nouveau camion à cabine avancée est présenté au salon de Francfort. Une usine devient opérationnelle à Wörth. En 1964, la firme crée la branche nord-américaine « Mercedes of North American ». En 1965, le gouvernement allemand autorise des camions de 38 tonnes. En 1968, Daimler-Benz reprend la distribution et l’usine de camion de Krupp AG d’Essen.

En 1970, Daimler-Benz reprend Hanomag-Henschel Fahrzeugwerke, dont les usines sont situées à Cassel, Hanovre et Brême, en Allemagne. L’usine de camionnettes de la firme est une importante acquisition qui permet de combler un vide dans sa gamme de poids.

En 1973, Mercedes lance la gamme New generation, ainsi nommée en raison du style adouci de sa cabine basculante. À partir de cette date, les camions sont principalement à cabine avancée et les types à capot progressivement éliminés. Les premiers modèles sont des véhicules de travaux publics à deux ou trois essieux, deux ans plus tard suit la gamme des camions lourds.

En Argentine et au Chili, la firme est accusée d’avoir profité des dictatures Pinochet et Videla pour éliminer physiquement les syndicalistes, en plus de la dégradation des conditions de travail et la diminution des salaires.

En 1981, Daimler-Benz acquiert la compagnie américaine Freightliner LLC Corporation. En 1982, la firme rachète NAW, la société jointe formée par Saurer et FBW à Arbon et Wetzikon, en Suisse.

En 1990, Mercedes-Benz acquiert IFA de Ludwigsfelde dans l’ancienne RDA. En 1997, Daimler-Benz et Freightliner LLC absorbent l’usine de productions de camions lourds Ford et du modèle Cargo, ensuite renomment la nouvelle division « Sterling Trucks ».

En 1998, Daimler-Benz fusionne avec Chrysler, ce qui entraîne par la suite la transmission de nombreux éléments de Mercedes-Benz vers des modèles Chrysler.

En 2006, Mercedes-Benz, Smart et Maybach rompent les liens avec Chrysler, et Daimler redevient indépendant.

En novembre 2012, Mercedes-Benz a vendu 120 350 voitures.

1900 Création de la Ligue américaine de baseball.

La Ligue majeure de baseball (en anglais : Major League Baseball – MLB) est une organisation sportive nord-américaine regroupant deux ligues : la Ligue nationale et la Ligue américaine. La compétition qu’elle organise, portant le même nom, constitue le plus haut niveau dans la hiérarchie actuelle du baseball.

La saison régulière qui comprend plus de 2 644 rencontres, soit 162 matchs par équipe, se tient d’avril à la fin septembre. Des séries éliminatoires suivent en octobre et mènent les champions de chaque ligue à la Série mondiale, la finale annuelle du baseball majeur, qui se joue au meilleur de sept parties. Trente franchises (29 aux États-Unis et une au Canada) se disputent le titre. Les équipes dominant le palmarès sont les Yankees de New York (27 titres), les Cardinals de Saint-Louis (11), les Athletics d’Oakland (9), les Giants de San Francisco (8), les Red Sox de Boston (8) et les Dodgers de Los Angeles (6). Les tenants du titre sont les Giants de San Francisco qui ont remporté la Série mondiale 2014 sur les Royals de Kansas City.

Les Orioles de Baltimore en 1896

Le baseball majeur a débuté ses activités en 1879 par le biais de la Ligue nationale1. Cette dernière n’est cependant pas la première organisation de baseball professionnel (National Association of Professional Base Ball Players de 1871 à 1875) mais elle est considérée comme la première ligue majeure. Des comités d’experts attribuent cette dénomination à certaines ligues, et pas seulement aux deux composantes des Ligues majeures actuelles : ligue nationale (depuis 1876) et Ligue américaine (depuis 1901). Les autres ligues reconnues comme ligues majeures sont : l’Union Association (1884), la Players League (1890), l’American Association (1882-1891) et la Federal League (1914-1915)1.

Six équipes issues de la NAPBBP qui cesse ses activités en 1875, cofondent la Ligue nationale 2 février 1876 à New York. Lors de la première saison, huit équipes font partie de la ligue. Les propriétaires des franchises prennent l’ascendant sur les joueurs à la suite des écarts constatés en NAPBBP, affaires de corruption notamment. Le concept de droits sur un territoire est mis en place dès 1876 également2. Il est toujours en usage.

Les Cubs de Chicago en 1906

En 1882, l’American Association vient concurrencer la Ligue nationale. L’AA propose des prix de billets plus abordables, prévoit des parties les dimanches, et vend de la bière aux spectateurs. Durant l’existence de cette ligue, plusieurs équipes quittent pour la Ligue nationale jusqu’en 1891, quand l’Association fusionne avec la Ligue nationale, ce qui contribue à augmenter la popularité du baseball majeur.

En 1884, l’Union Association est fondée, mais elle est dissoute après une saison d’existence. En 1890, une autre ligue est fondée, la Players League (la « Ligue des joueurs »), mais elle aussi, ne dure qu’une saison et, en 1892, la Ligue nationale reste la seule ligue majeure.

La Western League, la plus importante des ligues mineures depuis le milieu des années 1890, est renommée Ligue américaine en 1900 puis s’autoproclame ligue majeure le 28 janvier 1901. La Ligue nationale accepte d’affronter les champions de la Ligue américaine en 1903, et la première Série mondiale est disputée après les championnats réguliers cette même année.

De 1914 à 1915, la Federal League est la dernière ligue qui tenta d’atteindre les standards de « ligues majeures » mais sans grands résultats.

L’évolution du baseball majeur

Jackie Robinson

Contrairement aux autres ligues majeures sportives nord-américaines, la MLB regroupe véritablement deux ligues différentes. Les règlements d’organisation et même de jeu diffèrent en effet entre la Ligue américaine et la Ligue nationale. Ces différences persistent même après la disparition des postes de présidents de ligues au profit du seul commissaire en 1999. La règle du frappeur désigné, introduite en 1973 en Ligue américaine est la principale différence entre les deux ligues. Ce n’est pas la seule. À titre d’exemple, un match qui se prolonge ne peut pas se poursuivre après une heure du matin heure locale en Ligue nationale ; en revanche, on peut jouer toute la nuit en Ligue américaine.

Les propriétaires des franchises restent longtemps tout puissants face aux joueurs qui tentent bien de réagir en mettant sur pied des syndicats afin de protéger leurs intérêts, sans grands effets. Il faut attendre 1966, et l’arrivée du syndicaliste Marvin Miller à la tête de la MLPMA, pour voir les choses lentement évoluer. Depuis le milieu des années 1990, la situation bascule clairement en faveur des joueurs, qui, après s’être libéré de la fameuse clause de réserve, les liant à vie à leur club, obtiennent désormais des arbitrages financiers plus avantageux. Dans les années 2000, un équilibre est trouvé entre joueurs et propriétaires. En 2011, le salaire minimum annuel est de 414 000 dollars pour un joueur contre 400 000 un an plus tôt.

Les mauvaises conditions financières offertes aux joueurs expliquent les tentatives de corruption. En 1919, le scandale des Black Sox ébranle le monde du sport. Certains joueurs des White Sox de Chicago ont volontairement perdu les Séries mondiales contre de l’argent de riches parieurs. Cette affaire amène la Ligue à se doter d’un commissaire omnipotent. Le premier d’entre eux est le juge Kenesaw Mountain Landis dont la première décision est de bannir à vie les huit joueurs impliqués dans le scandale des Black Sox.

La ségrégation se met en place aux États-Unis dès la fin du XIXe siècle, dans le baseball comme dans le reste de la société américaine. Les propriétaires des franchises se mettent d’accord pour interdire l’accès aux joueurs noirs après des tentatives isolées en 1878 et 1884. Embauché par le gérant général Branch Rickey, Jackie Robinson brise cette barrière le 15 avril 1947 en effectuant ses débuts avec les Dodgers de Brooklyn ; cette date du 15 avril est désormais célébrée par la MLB comme le Jackie Robinson Day. Jackie Robinson dénonça jusqu’à sa mort, en 1972, l’absence de manager noir en ligues majeures. En 1975 Frank Robinson devient joueur-gérant des Indians de Cleveland. Il débute sa carrière de manager le 8 avril 1975 à l’occasion d’une victoire 5-3 face aux Yankees de New York au Cleveland Stadium devant 59 spectateurs4. Rachel Robinson, la veuve de Jackie Robinson effectue à cette occasion le lancer symbolique d’ouverture de la saison. Frank Robinson était également sur le terrain comme frappeur désigné. Il frappa un coup de circuit lors de sa première présence au bâton.

1907 L’ingénieur américain Lee de Forest dépose un second brevet pour ce qu’il nomme l’ « Audion »… « lampe triode », son invention constitue un élément essentiel de la radiodiffusion. Il dépose à son actif : 300 brevets.

La lampe triode est le premier dispositif amplificateur d’un signal électronique. L’ingénieur américain Lee De Forest est l’inventeur, en 1906, de cette lampe qu’il nomme AudionN 1. C’est le physicien W. H. Eccles qui donne le nom de triode à cette lampe à trois électrodes1.

La triode se compose d’une cathode semi-conductrice à chaud, émettrice d’électrons, d’une anode réceptrice, et d’une grille placée entre les deux.

La cathode est chauffée par un filament placé derrière. (Parfois le filament et la cathode ne forment qu’un seul élément). Le chauffage de la cathode confère suffisamment d’énergie aux électrons de la cathode pour leur permettre de se libérer (on parle d’émission cathodique) et de rejoindre un « nuage électronique » dans le vide entourant la cathode appelé charge d’espace. La cathode possède un potentiel (souvent le 0V) plus petit que celui de l’anode provoquant la migration des électrons vers l’anode, car les électrons (charge négative) sont attirés par les charges positives de l’anode.

En jouant sur le potentiel (tension) de la grille par rapport à la cathode, un nombre plus ou moins grand d’électrons émis par la cathode arriveront jusqu’à l’anode, créant un courant variable entre anode et cathode : l’amplification de puissance est réalisée car la grille ne consomme pas de courant, c’est en théorie un potentiel statique.

1962 Présentation à Paris de la première collection du couturier Yves St-Laurent.

1959 Sortie de la « Belle au bois dormant » de Walt Disney

2003 Athina Onassis à 18 ans, devient la jeune femme la plus riche de la planète. Elle est la petite-fille de l’armateur grec Aristote Onassis, sa fortune évaluée entre 700 millions et un milliard de dollars et prend le contrôle de la moitié de l’empire familial. Sans compter l’or, les tableaux de grands maîtres et les propriétés un peu partout dans le monde.

Recherches : Nadeige CAJUSTE

Sources : 366jours.free.fr / sudouest.fr / lessignets.fr / fr.news.yahoo.com / alterpresse.org /

haiti-reference.com/haitilibre.com/isere-annuaire.com / http://fr.wikipedia.org /

http://www.haiticulture.ch / http://www.ephemeride.com / http://www.magicmaman.com/prenom/,adelphe,2006200,10968.asp /

http://www.hellocoton.fr / http://expressorion.com / www.lodace.net / http://www.labougeotte.fr / http://moretta.over-blog.com /

http://www.aufeminin.com / http://www.un.org/fr/events/ / www.biography.com

visionsansfrontieres@radiovision2000haiti.net

Source : http://radiovision2000haiti.net/public/ephemeride-du-jour-29-janvier-1954-naissance-a-kosciusko-mississippi-doprah-winfrey-personnalite-americaine-des-medias-actrice-nommee-aux-academy-awards-productrice-critique-litte/

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Publications similaires