Gramoune découpée et brûlée : Julien Alezan condamné à 30 ans de réclusion criminelle

Gramoune découpée et brûlée : Julien Alezan condamné à 30 ans de réclusion criminelle
Gramoune découpée et brûlée : Julien Alezan condamné à 30 ans de réclusion criminelle
Julien Alezan a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle ce mardi soir. Ces deux jours de procès n’ont pas pu éclairer les nombreuses zones d’ombre de l’affaire. C’est sa psychologie qui a été revue en cette deuxième matinée afin de mieux comprendre cet horrible acte qui a coûté la vie à Suzanne Alin, 81 ans, à son domicile au Tampon.
 
Pour les experts psychologue et psychiatre, Julien Alezan raconte des faits sans émotion, « détaché ». Replié sur lui-même, il souffrirait d’un trouble social depuis l’adolescence. Au moment des faits, il aurait été en état dépressif, expliquant peut-être ses actes. En Suzanne Alin, il aurait trouvé une solution à son problème financier, puis après l’avoir tuée, la solution la plus simple était de découper et brûler le corps. Un détachement choquant, mais selon l’expert, « pas de cruauté ». Pour l’accusé, il « intériorise beaucoup » et affirme : « J’étais enfermé dans ma propre souffrance », expliquant ainsi comment il n’a pas perçu celle de sa victime.

Un homme « intelligent sans pathologie mentale »
 
La victime avait donc affaire à un homme en dépression, sans amis ni liens affectifs, frustré de ne « pas être écouté », qui avait tenté de se suicider. Pour les experts, il y avait une altération du discernement au moment des faits pour cet individu habituellement non violent et inconnu de la justice. Mais l’avocate générale revient sur le temps écoulé entre la séquestration de la victime et la dissimulation du corps.

Comment parler d’un discernement altéré lorsque Julien Alezan a cuisiné puis a pris un bain tout en échangeant avec Suzanne Alin ligotée. Alors qu’il obtient de l’argent et que la victime n’aurait pas pu le reconnaître, il quitte son domicile mais revient pour faire durer son calvaire. Et après l’avoir tuée, il s’empare du matériel nécessaire pour dissimuler le corps tout en envoyant des textos aux proches de la victime depuis son téléphone, prétendant avoir une gastro.

Et les experts sont d’accord : c’est un homme « intelligent sans pathologie mentale ». « C’était réfléchi », selon l’avocate générale. L’avocate de la défense, Me Céline Germand-Robert n’est pas d’accord : « On vous demande d’écarter une expertise ; c’est grave, personne ici n’est expert ».

Toujours les mêmes zones d’ombre
 
La version de Julien Alezan : il tentait d’obtenir les codes de sa carte bancaire, qu’elle refusait de donner. Mais le gendre de Suzanne Alin affirme qu’elle n’avait pas d’argent sur ce compte. Quel intérêt alors de risquer sa vie pour un code de carte ?
 
Pour l’avocat des parties civiles, Me Pierre Yves Bigaignon, le but n’était pas de voler mais de tuer et Julien Alezan « a monté un scénario de toute pièce pour diminuer sa responsabilité ». « Est-ce que le cadavre aurait révélé quelque chose de plus sinistre ? Qu’en est-il du cutter plein de sang retrouvé ? L’aurait-il martyrisé ? »
 
Mais l’avocate de la défense demande dans sa plaidoirie : « Ce qu’il a fait est tellement horrible donc comment inventer autre chose de plus ? « . Concernant ses dires sur la noyade de la victime dans la baignoire, « il s’accuse d’actes terribles ; ce n’est donc pas pour minimiser ».
 
Des zones d’ombre sur sa psychologie mais également sur les faits ; ses dires étant le seul élément. Il affirme être revenu plusieurs jours plus tard pour trainer le corps en putréfaction depuis la sale de bain jusqu’au salon afin de le découper, mais aucune trace n’a été retrouvée, ni dans le salon, ni dans la baignoire. Comment expliquer la présence de marmites dans le garage ? Il n’y a aucune trace de sang alors qu’il lui aurait cogné la tête par terre à deux reprises.
 
Le mystère perdure donc quant au déroulé de ces 16 heures au sein du domicile de Suzanne Alin.
 


www.zinfos974.com

Source : https://www.zinfos974.com/Gramoune-decoupee-et-brulee-Julien-Alezan-condamne-a-30-ans-de-reclusion-criminelle_a145091.html

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *