Haïti dans le regard de la romancière Maryse Condé

Questionner les failles du pacte autobiographique — Par Robert Berrouët-Oriol, linguiste-terminologue — On ne repasse pas impunément le pont-levis d’un roman,
People Bo Kay
Partager cet article

Questionner les failles du pacte autobiographique

— Par Robert Berrouët-Oriol, linguiste-terminologue —

On ne repasse pas impunément le pont-levis d’un roman, d’un récit ou d’une pièce de théâtre de Maryse Condé, écrivaine guadeloupéenne, l’une des plus grandes voix de la littérature francophone contemporaine et auteure d’une cinquantaine de livres (romans, théâtre, littérature jeunesse, essais). Et l’on émerge abasourdi de la lecture de « La vie sans fards », publié aux Éditions JCLattès en août 2012, qui nous enrichit tant par l’exemplaire quête de vérité et de sens de la romancière, le vouloir-dire son être-au-monde, que par un questionnement qui force la mesure sans pourtant dévitaliser la sonnette d’alarme de l’esprit critique.

« La vie sans fards », on l’aura noté, n’est ni un roman ni un manifeste féministe ni un traité ethnographique sur l’Afrique au temps béni de la décolonisation. Cet ample récit de vie –courageux et éprouvant jusqu’en ses ultimes retranchements, risqué jusqu’à l’aveu d’un viol–, est l’une des plus troublantes autobiographies qu’il m’ait été donné de lire ces dernières années. Dans la terminologie des études comparées en littérature, on dira que la saga de la mémoire, de la maternité ainsi que les séquences reconstituées de la découverte/appropriation de l’Afrique, sont les trois principaux « personnages » déictiques de ce récit de vie.

→   Lire Plus

Source : http://www.madinin-art.net/

Partager cet article
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Faites des rencontres dans votre département

À la Une actu

1870, Femmes au Conseil de Guerre

Création le 30 septembre 2022 à 19h à Tivoli Dans le cadre du Mois du Matrimoine de l’association féministe martiniquaise  Culture Egalité, la pièce « 1870, Femmes

Pub

flash actu