Jovenel Moïse souhaite le vote par référendum d’une nouvelle Constitution d’ici la fin de l’année 2020

Le président Jovenel Moïse, qui a désormais les pleins pouvoirs pour diriger par décret, a indiqué qu’il souhaite une révision constitutionnelle afin de mettre
radiotelevision2000
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Le président Jovenel Moïse, qui a désormais les pleins pouvoirs pour diriger par décret, a indiqué qu’il souhaite une révision constitutionnelle afin de mettre un terme « à un cycle de décennies de crises politiques », selon une dépêche de l’agence de presse Reuters, datée du jeudi 16 janvier 2020. « Nous allons travailler avec tous les acteurs politiques et nos partenaires internationaux à la mise en place d’une véritable réforme constitutionnelle, pour assurer un équilibre des pouvoirs démocratiques largement accepté et fonctionnel, qui sera soumis au peuple haïtien dans un référendum », lit-on dans cette dépêche citant des extraits d’une déclaration que le président doit faire ce vendredi.

Le Nouvelliste a appris qu’il y a des « tractations » pour obtenir un accord politique. Cet accord pourrait fusionner des propositions des accords de Marriott et de Kinam. Dans cet accord, le président Moïse reste en poste et il devrait y avoir des possibilités d’entente sur la formation d’un gouvernement de consensus, la formation d’une assemblée constituante et l’organisation d’élections, a appris le journal d’une source proche du pouvoir.

« Il n’y a encore rien de concret en termes de discussions pour déboucher sur un accord politique. Pour preuve, le président est allé flâner dans le Nord ce vendredi », a confié au journal une autre source, soulignant que le président Moïse, dans le cadre de son projet de révision constitutionnelle, en dehors de la procédure tracée par la Constitution, est en passe de commettre une violation de la loi mère. Son plan de faire voter une nouvelle Constitution par référendum est une autre violation de la Constitution qui interdit le référendum, a-t-elle indiqué, soulignant qu’il y a des palabres en cours, mais que l’on n’a  pas encore bougé d’un iota vers la résolution de la crise.

« La mise en veilleuse de la Constitution par décret n’est pas nouveau. Reste à savoir si elle sera acceptée par la population », a expliqué une autre source interrogée par le journal.

Source: Le Nouveliste

Source : http://radiotelevision2000.com/home/?p=92804

Partager cet article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *