Accueil » Mayotte » Mayotte actualités » Kawéni voudrait devenir propre

Kawéni voudrait devenir propre

Les écoles du nord de Mamoudzou se sont associées dans un même élan pour s’attaquer à un problème majeur du quartier : la propreté. Peine perdue ? Pas sûr.

 Arnaud de Bonduwe, le directeur de l'école primaire Kawéni Poste,  devant la fresque réalisée par Papayan à l'école Kaweni Poste

Arnaud de Bonduwe, le directeur de l’école primaire Kawéni Poste, devant la fresque réalisée par Papayan

Et si Kawéni devenait un exemple en matière de propreté ? Au premier jour de la semaine du développement durable, cette question peut prêter à sourire tant les détritus qui jonchent ses rues ont contribué à façonner l’image du quartier. C’est pourtant le pari que font les écoles du secteur nord de Mamoudzou. De la maternelle au lycée, les établissements scolaires du quartier mettent en place une opération environnementale inédite à cette échelle : pas moins de 5.000 élèves des deux maternelles, trois primaires, deux collèges et du lycée professionnel sont concernés.

Il s’agit d’impliquer directement et personnellement les jeunes du village. Dans l’école primaire Kawéni Poste par exemple, trois poubelles ont été installées dans chaque classe. Chacune porte les couleurs du tri sélectif, bleu pour le métal, jaune pour les plastiques et vert pour le verre. Tous les vendredis, les écoliers sont priés d’amener les déchets récupérés chez eux pour remplir ces bacs. Ensuite, deux ou trois élèves de chaque classe sont chargés de convoyer bouteilles et canettes dans les colonnes de tri sélectif installées à proximité.

« Les enfants ramènent des quantités très importantes de déchets, se félicite Arnaud de Bonduwe, directeur de l’école primaire de Kaweni Poste. Ca nous permet de leur apprendre à fabriquer des objets comme des portes-monnaies avec des briques de lait. Et vendredi dernier, nous avons rempli un demi-container uniquement avec les déchets de notre école. » Il faut dire qu’avec 26 classes et 654 élèves, cette école primaire est loin d’être un petit établissement.
Autocollants ou badges « Pollueur t’es foutu, les trieurs sont dans la rue » viennent récompenser ces enfants-citoyens.

A chaque établissement, sa démarche

Trier dans les classes, c'est une chose, dans la cour, ça en est une autre

Trier dans les classes, c’est une chose, dans la cour, ça en est une autre

Si Kawéni Poste est à l’origine de l’opération, chaque établissement du quartier s’est ensuite approprié l’initiative pour l’adapter à sa propre situation. Dans les maternelles, les parents sont directement mis à contribution. Dans les collèges et le lycée professionnel, ce sont des brigades vertes qui ont été créées avec des élèves volontaires pour nettoyer les abords de leur établissement.
« On est très heureux et on encourage vraiment ce type d’initiative, explique Anissa Aboudou, responsable écoemballage à Mayotte. Sur la question des déchets et du tri sélectif, on sait que ça ne peut marcher que par l’appropriation réelle de ce sujet par la population, pour qu’il y ait une vraie prise de conscience. »

Jeudi prochain, le 3 avril, à l’occasion de la semaine du développement durable, une vaste opération de nettoyage va être organisée à l’échelle du quartier de Kawéni par tous les élèves. Certains porteront même les chasubles habituellement utilisées pour le sport. Les équipes canettes, plastiques, verres et autre déchets seront ainsi facilement identifiables. L’artiste Papayan viendra également « habiller » les colonnes de tri, il s’était déjà rendu à l’école primaire Kawéni Poste pour réaliser des fresques avec les enfants.

Trouver les moyens d’agir

Beaucoup d’énergie pour peu de résultats ? « A Kawéni, on voit bien que pour toucher directement le public adulte sur cette questions des déchets, c’est quasiment peine perdue. En revanche, passer par les enfants pour faire changer les comportements, ça nous semble être le bon moyen », assure Arnaud de Bonduwe.

Mais même pour les plus jeunes, les habitudes qui consistent à jeter n’importe où sont encore loin d’être perdues. Quand les écoliers trient dans les classes, ils continuent à jeter les briques de jus de fruits ou les paquets de chips des collations scolaires par terre dans la cour. Ecoemballage souhaite d’ailleurs engager des réflexions avec les futures équipes municipales sur ces fameux goûters. Il s’agirait, non seulement de les rendre plus diététiques mais aussi plus recyclables.
RR

Source : http://lejournaldemayotte.com/2014/03/kaweni-voudrait-devenir-propre/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=kaweni-voudrait-devenir-propre

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Partager cet article

lejournaldemayotte
lejournaldemayotte
Voir toutes les actus

La rédaction vous recommande