La liane qui menace la forêt mahoraise

« La forêt est en train de s’écrouler sous nos yeux ». L’écologue Jacques Tassin vient de communiquer les premiers résultats d’une étude scientifique inédite. Selon lui, une liane envahissante menace des hectares entiers de forêt mahoraise.

La liane envahit la forêt jusqu’à son effondrement (Crédits photo : © ONF/Alexandre Laizé, Tous droits réservés)

« La pire situation d’invasion végétale que j’ai jamais observée, avec une forêt qui est mise par terre ! » Le constat dressé par l’écologue Jacques Tassin est sans appel. La forêt de Mayotte est mise en danger par Merremia peltata, une liane envahissante. Non seulement elle colonise toujours plus d’espace mais elle finit par tuer la forêt dans laquelle elle s’installe. « La liane grimpe jusqu’à la canopée, la partie supérieure de la forêt, elle réduit alors la lumière et donc la photosynthèse jusqu’à faire mourir les arbres qui la surportent. » Par un effet mécanique, ces arbres finissent par s’éfondrer sous le poids de la liane.

C’est essentiellement la zone du Mont Bénara qui est concernée même si on trouve Merremia peltata dans l’ensemble du département. « Nous avons fait appel à Jacques Tassin pour réaliser cette étude* car la propagation de la liane sur le territoire était jugée préoccupante », explique Laurent Mercy, directeur de l’ONF Mayotte. De fait, sur les 1.200 hectares de forêt publique, l’ONF estime à une centaine d’hectares les zones effondrées.

La canopée recouverte de lianes(Crédits photo : © ONF /Alexandre Laizé, Tous droits réservés)

Problème : une fois cette forêt effondrée, selon Jacques Tassin, elle ne se régénère plus. « Si une végétation se remet en place, ça ne sera pas du tout la forêt que l’on connaît aujourd’hui mais plutôt une végétation très appauvrie. Oui, quelques plantes arrivent à s’en sortir, mais c’est le chant du cygne de la forêt. » Ce sont donc des hectares entiers d’espaces naturels qui meurent écrasés par l’invasion de la liane.

Un phénomène planétaire

Jacques Tassin est spécialiste des espèces invasives au CIRAD* à Montpellier. S’il connaît bien les écosystèmes de Mayotte, il possède aussi une solide expérience de nombreuses autres zones tropicales et le phénomène qui touche Mayotte se remarque à l’échelle planétaire.

« Partout, le phénomène est relativement récent », relève-t-il. C’est l’augmentation du CO² dans l’atmosphère qui expliquerait cette poussée car les lianes savent beaucoup mieux tirer partie des échanges avec l’atmosphère que les arbustes et les arbres.

Jacques Tassin réalise cette étude sur la liane envahissante

« Quand on reprend les observations faites à Mayotte depuis les années 1950, on sait que la liane était beaucoup moins présente. Les témoignages nous indiquent d’ailleurs que les Mahorais allaient récolter les feuilles de lianes qu’ils utilisaient à des fins médicinales dans des endroits très précis où ils savaient qu’ils pouvaient la trouver. »

Une prise de conscience urgente

« Ce qui me surprend le plus, conclut Jacques Tassin, c’est qu’on n’en parle quasiment pas. Personne ne dit, regardez, la forêt est en train de s’écrouler sous nos yeux, il faut faire quelque chose ! »

Cette fois pourtant, une dynamique est enclenchée car cette étude scientifique est la première du genre au niveau mondial sur cette espèce. Pour Mayotte, elle est aussi la première étude d’écologie forestière réalisée dans le département. « Elle est fondamentale car elle va permettre de préciser ce que nous devons entreprendre pour préserver la biodiversité », précise Laurent Mercy.

11 jours sur le terrain pour constater la mise en danger de la forêt(Crédits photo : © ONF /Alexandre Laizé, Tous droits réservés)

L’ONF va installer des ‘placettes’ dans des zones effondrées, des surfaces d’études pour voir comment la forêt évolue. Des expérimentations de reboisement seront aussi effectuées, suivant le travail déjà réalisé par le Conseil général sur certaines zones au sud du Bénara.

Nous savions déjà que les espaces naturels se réduisent à très grande vitesse dans notre département pour cause d’utilisation des sols toujours plus importante par l’homme. On sait maintenant que pour la forêt, le danger peut aussi venir de l’intérieur… mais là aussi, rien n’est perdu. RR Le Journal de Mayotte

*L’étude a été lancée par par l’Office national de forêts (ONF) et le Conseil général, gestionnaires des forêts publiques. Elle a été financée par la DEAL et des fonds européens. Elle était présentée ce jeudi matin devant des spécialistes et des responsables publics impliqués dans les questions environnementales. **CIRAD : Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Source : http://lejournaldemayotte.com/une/la-liane-qui-menace-la-foret-mahoraise/

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

A lire également