Accueil » Mayotte » Mayotte actualités » La lutte contre l’habitat insalubre continue

La lutte contre l’habitat insalubre continue

Pas d’affolement ni de théâtrale tension, et encore moins de médiatique sur-émulation, en ce jeudi, tout début de matinée, au contournement de la station service de Petite-Terre. Seul un comité restreint de circonstance, appuyé de quelques forces militarisées, laissent supposer qu’il y a activité en cette zone. La partie en contre-haut plus exactement. Un quartier résidentiel composé d’habitations tout à fait légales auxquelles s’est greffé peu à peu des plus informelles, s’avançant donc sur les versants Sud et Ouest encore sauvages. Et c’est bien dans cette dynamique anticipatoire de freiner le phénomène avant qu’il ne soit trop routinier, conséquent et tristement incontrôlable, incluant une indiscutable insalubrité ambiante, tant dans le cadre de vie que du point de vue environnemental, que la municipalité concernée a mutualisé ses actions avec son interco et les services préfectoraux.

Destruction des cases principalement à la main sachant la difficulté d’accès pour les engins mécaniques

Jamais deux sans….

En fait, Thierry Suquet et ses équipes ne les comptent plus car bien au delà des 3, comme le conclut le populaire adage. Mais quels « les » me direz-vous ? Eh bien les RECOURS quasiment systématiques de demande de suspension qui viennent se coupler dès la parution d’un nouvel arrêté préfectoral, relatif à la destruction d’habitat(s) illicite(e), relevant majoritairement d’une classification de bidonville. La médiatique et ubuesque affaire du Talus 2, en fut au final un parfait exemple illustré et l’Arrêté A n°2023-SGA-0359 du 24 avril 2023, portant justement sur le secteur A des hauteurs de Mbouyoujou ne fait pas office d’exception.

Sous l’oeil du préfet et du général Capelle, les agents municipaux de la commune de Dzaoudzi se chargent de prendre les affaires de la dernière famille encore sur place, pour les stocker en attendant leur installation en un autre lieu de vie

Il a donc fallu attendre la régularisation administrative légale face à 2 recours, afin « de dérouler le programme au fur et à mesure qu’on obtient les feux vert mais surtout au fur et à mesure qu’on arrive à monter les enquêtes sociales et à faire partir les gens qui vivent dans des conditions déplorables comme vous le voyez » introduit le Préfet de Mayotte dans sa prise de parole publique aux abords du logement numéroté 1 sur le plan cartographié qui répertorie également les 23 autres de la zone, voués à être détruits. 

Dans ce plan global de démolition, il a été ciblé 5 familles qui ont bénéficié, comme la procédure l’exige, d’un accompagnement social, notamment des services de l’Acfav* et d’une proposition de relogement transitoire. Seule une famille, composée de 6 membres, a accepté cette solution; les autres préférant se débrouiller par leurs propres moyens. Identifiées comme personnes légalement éligibles à circuler sur le territoire français (car de nationalité ou bien de visa et régularité), il n’est bien entendu aucune obligation pour ces familles de devoir indiquer leur point de chute.

Numérotées de 1 à 24, les habitations illégales jugées insalubres se situent à l’amorce de la pente vers la zone urbaine

Une lutte aussi contre la délinquance 

À ce volet insalubrité et illégalité se joint également l’aspect sécuritaire qui, bien souvent, va de pair en ces quartiers sauvages reculés et surtout, difficiles d’accès pour bon nombre. Le quartier de Mbouyoujou n’était malheureusement pas épargné aux dires du Général Olivier Capelle, qui confirme qu’une bande de jeunes individus, fort probablement nouvelle résultante constituée de certains anciens membres de la Bande de Gotam*, assez réputée pour la régularité et virulence de ses actes, avait trouvé en ce lieu, au niveau du réservoir d’eau, une zone de rempli et de refuge : “Le fait de venir casser ces zones d’accroche et de perturber une partie de leur emplacement fait que cela nous permet aussi (ndlr – les forces de l’ordre) d’aller plus facilement chasser ces délinquants et de pouvoir retirer du paysage un nid qui était un peu compliqué pour nous mais pour lesquels nous avions bien évidemment conduit des opérations de Police judiciaire en amont de cette opération de décasage“.

Bien que cela ne soit aucunement nécessaire au regard de la quiétude de l’atmosphère, les forces de l’ordre sont tout de même présentes aux côtés des travailleurs en charge de la démolition

Petit récap d’un timing procédure 

Avant de déposer un arrêté préfectoral de périmètre, dans le cadre de cette loi Elan, il est impératif de prendre le temps de dérouler une enquête sociale, de rencontrer les résidents, ciblés et identifiés par cet arrêté, afin de garantir une pleine cohérence de la procédure et d’éviter quelconque couac de manquement. Toute cette première phase prend à peu près 2 mois. Par la suite, entre la prise de l’arrêté et la possibilité de commencer la destruction, il y a un minimum légal de 5 semaines auquel peut donc se greffer les recours et délais pour répondre au juge qui font que la mise en application concrète de la démolition — après validation finale de l’arrêté préfectoral — se table entre 2 et 3 mois. 

Concernant la suite des événements estampillés loi Elan, il est ciblé 15 arrêtés de secteur sur l’ensemble du territoire, notamment 2 en cours rien que sur Petite-Terre et l’instruction de 2 recours, visant la partie littorale et contre-bas de ce quartier de Mbouyoujou — qui comptabilise également une vingtaine de logements — dont l’audience au tribunal administratif de Mamoudzou devrait avoir lieu ce mardi 11 juillet prochain, certainement pour le plus grand bonheur de son président régional, Gil Cornevaux

MLG

 

*Bande de délinquants de Petite-Terre dissolue en 2021 qui avait été tristement médiatisée pour un triple homicide, janvier 2021, sur le quartier de la Vigie (en lien avec la bande rivale de La Vigie).

 

Composée de 2 adultes et 5 enfants, la dernière famille encore présente sur les lieux, en cette amorce de démolition, n’a pas souhaité de solution de relogement, se débrouillant par ses propres moyens mais bénéficie tout de même de l’aide des services municipaux et de l’entreprise AGS qui assurent le déménagement et le gardiennage de leurs effets personnels
La destruction de partie littorale de ce quartier de Mbouyoujou fait aussi l’objet de 2 recours qui devraient être fixés ce 11 juillet prochain
Les parties plus légères, principalement de tôle relèvent d’un travail à la chaine manuel
Le banga numéroté 1 sur le plan de destruction en voie d’être vidée
Tristement sans surprise, des monticules de déchets jonchent de partout le sol de cette zone sauvage où sont venues s’installer ces habitations illégales
Redescente des équipes de la préfecture après la visite de l’amorce de ce chantier de destruction

The post La lutte contre l’habitat insalubre continue first appeared on JDM.

Source : https://lejournaldemayotte.yt/2023/07/07/la-lutte-contre-lhabitat-insalubre-continue/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=la-lutte-contre-lhabitat-insalubre-continue

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Partager cet article

lejournaldemayotte
lejournaldemayotte
Voir toutes les actus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La rédaction vous recommande