Le Maire de Port-au-Prince et ses conseillers n’ont plus de

Lundi, plusieurs Maires principaux et maires adjoints, de diverses communes se sont rendus à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA)
radiotelevision2000
Partager cet article
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Lundi, plusieurs Maires principaux et maires adjoints, de diverses communes se sont rendus à la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA) pour informer qu’au terme de leur mandat de 4 ans, dans le respect de la Constitutions et des lois de la République, ils n’entendaient pas liquider les affaires courantes de leur commune ni continuer à engager leur Administration Communale et qu’ils redeviendront à cette échéance de simples citoyens. De plus, ils ont demandé dans le dépôt de leur décision, que la CSA/CA procéde au plus vite à un audit de la gestion des Maires des communes concernées

Parmis les élus présent au CSC/CA il y avait entre autres : Ralph Youri Chévry le Maire de Port-au-Prince, Rony Colin, le Maire de Croix-des-Bouquets et son adjoint Jean Jonas Saint-Juste, Louise Marie Médor, Mairesse adjointe et Ocxama Moise, Maire adjoint de Mirebalais, Naczius Joseph, Maire adjoint de Belladère et Jean Junior Auguste le Maire de La Victoire.

Dans sa lettre adressée à Rogavil Boisgéné, le Président de la CSC/CA en date du 28 juin, Ralph Youri Chevery, le Maire de Port-au-Prince écrit

« […] Je m’empresse d’attirer votre haute et bienveillante attention autour des points suivants :

Qu’aux termes des articles 66 et 68 combinés de 10 Constitution de 1987 amendée, le mandat du Conseil municipal est de quatre (4) ans et ses membres sont indéfiniment rééligibles ;

Que de plus, le procès-verbal de prestation de serment de mon conseil remonte au 28 juin 2016 et qu’aujourd’hui 28 juin 2020 mon mandat de Maire de la commune de Port au Prince, le Conseil municipal compris, arrive irrémédiablement à sa fin.

Conséquemment, tous les dossiers en cours de traitement dans les administrations (Ministère Intérieur et/ou Cour Supérieure des Comptes) avant et jusqu’à cette date tombent dans ma gestion et l’exécution devient illico, obligatoire voire impérieuse.

À ce compte, je vous transmets en pièce jointe, l’inventaire de tous les biens laissés par mon administration dans les offices de la Mairie à toutes fins utiles […] »

Source:  HaïtiLibre

Source : https://radiotelevision2000.com/home/?p=94434

Partager cet article
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la Une actu

Pub

flash actu