L’économie vénézuélienne un an après la prise du pouvoir de Nicolas Maduro

Environ un an après la prise de commande de Nicolas Maduro au Venezuela, le journal vénézuélien « EL Mundo » dresse un bilan de son administration en mettant l’emphase sur les principaux indicateurs de l’économie vénézuélienne.

Globalement, il faut noter que ces douze mois de la présidence de Maduro à la suite la mort de el Comandante Chavez, ont été marqués par une forte inflation, des pénuries de produits alimentaires, pénurie de papier hygiénique, une plus grande dépendance des produits importés, de faibles réserves internationales, des contrôles plus stricts, la présence de quatre types de taux de change, diminution du niveau de productivité des entreprises due au problème de sècheresse et enfin des millions de dollars de dettes envers les secteurs productifs. Les défis sont de tailles.

Bref ! Voyons quelques indicateurs.

Les réserves internationales ont diminué de 5,9 milliards de dollars Avril 2013 et Avril 2014, selon les données de la Banque Centrale Vénézuélienne (BCV).

Le Produit Intérieur Brut a progressé de 1,1 % comparativement à une croissance de 5,2 % pour la même période en 2012.

L’inflation est passée de 43,5 % à 56,2% en glissement annuel de 2012 a 2013, soit le niveau le plus élevé en Amérique latine et le plus élevé au Venezuela depuis 1996, alors que le prix des produits alimentaires a connu une hausse de 74,5 %, le taux le plus élevé en Amérique latine, selon les données de la FAO. L’indice de pénurie de l’électricité a atteint 28 % en Janvier 2014, un record enregistré par la Banque Centrale du Venezuela alors que ce chiffre était de 21,3% un an avant.

En Avril 2013, le taux de chômage s’élevait à 7,9% alors que ce taux était de 7,2% en février de cette même année. Les revenus d’exportations ont diminué pour atteindre 21,14 milliards de dollars américains en 2013 Venezuela avec un poids de 96% de ces revenus en provenance de la vente de pétrole, selon les chiffres de la Banque centrale vénézuélienne.

Les dépenses de l’Etat ont mis le déficit jusqu’a 15% du PIB, selon les analystes.

En ce qui concerne le taux de change, en moins d’une année, quatre taux de change différents ont été instaurés, dont trois officiels, ce qui crée le désarroi des différents operateurs du marché, une confusion totale dans l’économie et handicape les échanges entre les différents acteurs du circuit économique.

Cependant le salaire minimum est passé 2973 bolivar par mois à 3270 par mois pour les employés et des retraités de l’administration publique.

On comprend très bien que la situation économique du Venezuela s’est détériorée au cours de ces douze derniers mois de gouvernance de Maduro. Hier mardi, il a lancé ce qu’il appelle une « nouvelle offensive économique » avec trois objectifs, à savoir la production, l’approvisionnement et la fixation des prix. Ces mesures ont pour objectif de permettre au Président Maduro de régulariser la situation, mais surtout de calmer la chaleur des revendications et manifestations de l’opposition qui mettent en péril son régime depuis Janvier.

Espérons que Maduro pourra tout redresser, pour dissiper nos inquiétudes ici en Haïti sur, soit d’éventuelles modification dans les termes du Programme PetroCaribe ou sa fermeture. Haïti n’a d’autre option que de rester optimiste quand à un recadrage de la situation malgré les risques, sinon nous ne pourrions pas continuer a recevoir plus de 90% du financement de nos investissements publics de ce pays. Une situation en tous cas des plus fragile et instable.

Etzer EMILE, M.B.A

Radio Vision 2000

etzeremile@gmail.com

Source : http://radiovision2000haiti.net/public/leconomie-venezuelienne-un-an-apres-la-prise-du-pouvoir-de-nicolas-maduro/

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

A lire également