Les titres de l’actualité du lundi 11 Novembre 2019 sur RADIO VISION 2000

Les 12 femmes qui étaient incarcérées à la prison civile des Gonaïves ont toutes été violées lors de la tentative d’évasion du 7 Novembre. La détenue responsable de la cellule pour femme qui avait, dans un premier temps, gardé le silence a finalement avoué avoir été, elle aussi, victime.

Ces victimes transférées, Samedi, à Saint-Marc ont toutes été prises en charge par les autorités sanitaires en collaboration avec les responsables de la Fondation « Zanmi Lasante ». Elles ont bénéficié d’un traitement prophylactique contre le VIH et la grossesse, informent la représentante du ministère à la condition féminine et la responsable d’une organisation locale de défense des droits humains.

Cependant, aucun appui psychologique ne leur a encore été accordé. Un aspect pourtant fondamental pour éviter par exemple que les victimes souffrent de troubles post-traumatiques et de dépressions, selon le Docteur en Psychologie Clinique, Jeff Matherson Cadichon

Une situation de tension régnait, ce lundi, dans plusieurs endroits de la capitale notamment à Delmas, sur la route de l’aéroport et à Pétion Ville. A Pétion ville justement, le pasteur Grégoire Amélus, membre du parti Pitit Dessalines, a été blessé par balle.

Le porte-parole du PHTK, le docteur Rudy Hériveaux rejette l’accord paraphé, dimanche par les différents groupes de l’opposition soulignant que cela ne mènera nulle part.

Le journaliste Leckel Adinor, correspondant de Galaxie dans les Nippes, a été blessé, dimanche, après avoir reçu une pierre au niveau de la tempe. L’incident s’est produit au moment ou le confrère s’apprêtait à rentrer chez lui après la couverture d’une manifestation anti-gouvernementale à Miragoâne.

Aux Cayes, la police a procédé, Samedi soir, à l’arrestation d’un agent de renseignement de la vice-délégation. Raoul Casséus avait en sa possession 3 armes à feu, 2 pistolets et une arme de guerre ainsi que des cartouches.

Environ 500 mille armes à feu seraient en circulation en Haïti, à en croire Jean Rebel Dorcénat, l’un des membres de La commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion.

Le commissaire qui dit avoir recensé plus de 96 gangs armés à travers le pays révèle qu’ils sont à la solde notamment des proches de l’exécutif, de l’opposition et de certains membres du secteur privé des affaires.

L’Etat haïtien réclame la mise en mouvement de l’action publique contre la SOGENER, Réginald Vorbe Fils, Jean-Marie Vorbe, Dimitri Vorbe, Roger Lefèvre, Elizabeth Débrosse, Frantz Vérella, Serge Raphaël et Daniel Dorsainvil pour crimes de corruption par surfacturation, faux, usage et bénéficiaires de faux. Une plainte a été déposée, en ce sens, samedi, au parquet de la capitale.

Source : http://radiotelevision2000.com/home/?p=92148

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *