Les transferts de la diaspora haïtienne loin d’avoir une utilisation productive

Image : http://terangaweb.com/ Les transferts de la diaspora est un sujet qui suscite en général beaucoup d’intérêt chez les analystes économiques,
radiotelevision2000
Partager cet article

Image : http://terangaweb.com/

Les transferts de la diaspora est un sujet qui suscite en général beaucoup d’intérêt chez les analystes économiques, aussi bien que les commentateurs politiques en Haïti.

A titre d’exemple, le Journal le Nouvelliste a publié ce lundi un article sous le titre : « La diaspora haïtienne, un pilier très important dans l’économie du pays ». En fait cet article reprend principalement des extraits d’une récente conférence de Pierre Marie Boisson à l’Académie diplomatique et consulaire (ANDC) sur le thème « Quarante ans de mutations économiques en Haïti ».

Il était surtout question de passer en revue les différents aspects de l’économie haïtienne entre 1986 et 2013. En effet, selon M. Boisson, plus de 30% des familles haïtiennes reçoivent sur une base mensuelle des transferts financiers en provenance de la diaspora. Pour certaines familles, ces transferts constituent la source première de revenu dans un pays de misère et de chômage.

Si on fait un petit historique, avant la période de l’embargo de 1991, ces transferts financiers de la diaspora haïtienne transferts étaient un peu inferieur à 50 millions de dollars. 4 ans après, soit en 1995, ils ont doublé pour atteindre la barre des 100 millions en 1995.

Plus loin, selon une étude de la Banque Mondiale, de 1998 à 2011, ces transferts sont passés de 327 millions à 1.57 milliards de dollars américains. En 2012, le montant de ces transferts s’était élevé à 2.29 milliards de dollars soit 31% du Produit Intérieur Brut (PIB), quand on y inclut les transferts informels, c’est-à-dire ceux qui rentrés dans l’économie sans passer par des maisons de transfert et les banques.

Sérieusement on ne peut pas se contenter à faire un étalage de ces chiffres sans vraiment se questionner sur les retombées économiques de ces 2 milliards de dollars de transferts.

En fait, selon une étude de la Banque interaméricaine de développement (BID) réalisée en 2006, seulement 23% du montant des transferts a été utilisé pour l’investissement en Haïti, sinon il est majoritairement utilisé pour des dépenses en bien de grande consommations, pour le paiement de frais de scolarité, de santé ou des dépenses de loisirs…bref pour la survie quotidienne. Donc, en d’autres termes, les transferts ne participent pas vraiment à un effort de productivité, non plus à une démarche entrepreneuriale.

L’impact que pourrait avoir ces capitaux dépend donc de l’utilisation faite des sommes reçues, de l’effet de l’émigration sur l’emploi domestique et la capacité de production du pays. Des études certes indiquent un lien positif entre les transferts et la croissance, toutefois les transferts doivent aboutir à des investissements en d’autres termes à une utilisation productive.

Les banques ainsi que les maisons de transferts elles aussi pourraient jouer leur role éventuellement en facilitant l’investissement des transferts en combinant des services financiers comme les produits d’épargne et des prêts aux entreprises pour les ménages bénéficiaires. Il s’agit là d’une opportunité à saisir par les autorités en mettant à profit les banques pour que ces transferts puissent participer à des activités productives.

Donc l’argent de nos parents et nos proches de l’étranger doit être canalisé et utilisé pour créer de la richesse, en jouant le rôle de source de capital. Cela va conduire à des retours sur l’investissement, qui à son tour réduirait la dépendance de familles évoluant en Haïti et réduire leur niveau de pauvreté et de misère.

Il faut aussi reconnaître que le montant total des transferts de la diaspora n’est pas du tout négligeable, d’ailleurs ces derniers représentent environ 13 fois le montant total des investissements directs étrangers en Haïti. Donc, définitivement on peut faire mieux et on doit faire mieux avec ces 2 milliards de dollars. Nous, bénéficiaires, essayons d’avoir une approche différente et de penser de manière plus créatrice, plus sur le durable. Soyons plus intelligents à ce niveau pour que ces transferts aient des impacts plus significatifs sur la production et la création d’emploi dans le pays.

Chiffre pour aujourd’hui : 60 milliards.

60 milliards de dollars américains, c’est le montant des transferts reçu par la Chine en 2013, comme plus grand destinataire de transferts dans le monde suivi par les Philippines avec 26 milliards et le Mexique avec 23 milliards.

Etzer Emile, Radio Vision 2000

Source : http://radiovision2000haiti.net/public/les-transferts-de-la-diaspora-haitienne-loin-davoir-une-utilisation-productive/

Partager cet article
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Faites des rencontres dans votre département

À la Une actu

Pub

flash actu