Accueil » Tahiti » Tahiti actualités » Mission pneumo à Ua Pou après cinq ans d’interruption

Mission pneumo à Ua Pou après cinq ans d’interruption

Mission pneumo à Ua Pou après cinq ans d’interruption
Ua Pou, le 25 septembre 2023 – Le pneumologue Dr Bouayad s’est rendu à Ua Pou, la semaine dernière. Une visite attendue par les patients. Cela fait en effet cinq ans que Ua Pou n’avait pas eu droit à une session de consultations spécialisées avancées (csa) en pneumologie.
 
Les personnes souffrant d’affections pulmonaires, d’allergies ou encore celles ayant des doutes sur leur apnée du sommeil sans oublier les malades sous respirateurs, pour qui il est très contraignant de se déplacer hors de chez eux, ont pu consulter un spécialiste, la semaine dernière, au dispensaire de Hakahau, à Ua Pou. Cela fait cinq ans qu’il n’y avait plus eu de consultations spécialisées avancées en pneumologie sur cette île des Marquises. Ce n’est pas faute de patients, “il y a un réel besoin de suivi régulier et particulièrement pour les maladies chroniques qui représentent 75% des patients”, explique le Dr Bouayad, pneumologue, médecin libéral volontaire se déplaçant pour cette mission en partenariat avec la direction de la Santé. Il est accompagné dun prestataire de services chargé du suivi technique des machines, au niveau des respirateurs notamment.
 
La raison de cette longue absence ? Ce domaine a été très sollicité pendant la crise Covid et il faut que les structures fassent la demande pour relancer les missions. Celles-ci seront dorénavant prévues régulièrement à Ua Pou, à raison dun passage au moins une fois par an. Des îles comme Nuku Hiva et Hiva Oa, plus peuplées, pourront prétendre à des passages biannuels.
 
Les bilans de pneumologie dont les tests peuvent être réalisés en déplacement sont la spirométrie, les gaz du sang, les bilans allergologiques et la polygraphie nocturne. Un certain nombre de patients sont suivis pour lapnée du sommeil où il y a besoin dun contrôle par un médecin et un prestataire de service. On compte également beaucoup denfants asthmatiques qui devraient être suivis.
 
Le Dr Bouayad a souvent tristement constaté des demandes de longue maladie non abouties car les patients attendent qu’un spécialiste se déplace et il arrive trop souvent que des patients interrompent leur traitement par manque de moyens et de suivi. “Une intervention à distance serait possible si le patient est déjà connu du spécialiste et pour un patient sous machine, il y a la possibilité de la télé-observance (contrôle des machines à distance, NDLR)”, explique le taote. “Lidéal serait de développer la télémédecine.” 
 
Cette année, le pneumologue a constaté une recrudescence de manifestations dasthme ou une aggravation des symptômes dasthme qui pourraient être dues à l’invasion de moucherons de terreau dont l’île souffre depuis 2019. Une corrélation qui reste à vérifier, selon le médecin, qui affirme toutefois que “les gens font le lien assez souvent”.
 
Pour le pneumologue, en tout cas, “il faut inciter les médecins spécialistes à se déplacer dans les îles”. Ce qui allègerait sans doute considérablement le flux dévasan et améliorerait le suivi des patients.


Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source : https://www.tahiti-infos.com/Mission-pneumo-a-Ua-Pou-apres-cinq-ans-d-interruption_a219621.html

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Partager cet article

Tahiti-infos
Tahiti-infos
Le journal d’informations et d’actualités de la Polynésie française. Les nouvelles de Tahiti et ses îles, un agenda, des petites annonces, des commentaires, des vidéos, un forum et un regard sur l’actualité du Pacifique, de la métropole du monde. Egalement une partie magazine: environnement, santé, people, nouvelles-technologies, et insolites.
Voir toutes les actus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La rédaction vous recommande