Mot d’ordre du FIFO 2014 : universalité et partage

« C’est de notre responsabilité de réunir et de rassembler ici, chaque année, des regards et des itinéraires différents ». La
Tahiti-infos
Partager cet article
Mot d’ordre du FIFO 2014 : universalité et partage
« C’est de notre responsabilité de réunir et de rassembler ici, chaque année, des regards et des itinéraires différents ». La première phrase du discours de Wallès Kotra lors de la cérémonie d’ouverture du festival mardi matin est emblématique de l’esprit du FIFO.

Les haussements de sourcils des jurys assis au premier rang sous le chapiteau, érigé face au Grand théâtre, semblent d’ailleurs confirmer les propos du président de l’AFIFO.

Luc Jacquet, « ce compagnon de route » que Wallès Kotra remercie à plusieurs reprises pour avoir accepté d’être président du jury de cette 11ème édition, souhaite, lui, attirer l’attention sur le caractère « universel » des images proposées au festival. « Ici, on mélange tous les points de vues à travers des images aussi fortes que sensibles. Et, on les partage », explique l’invité phare de cette édition qui profite d’avoir le micro pour souligner la difficulté du travail de jury. « Cette édition est prometteuse. On va essayer de produire un palmarès à la hauteur des attentes des festivaliers »

Côté gouvernement, le ministre de la culture, Geffry Salmon, n’a pas hésité à revenir sur le soutien du Pays tout en soulignant l’importance du FIFO pour la ville et le fenua. « Le festival a projeté Papeete en capitale du documentaire et le FIFO est désormais un écho lointain dans le concert de la mondialisation. En racontant nos histoires par nos racines, on se fait entendre. Nous avons un devoir de transmission et de partage », déclare-t-il, avant d’apprendre au public que Wallès Kotra, le président de l’AFIFO, fait son dernier festival en tant que tel. Tristesse sur les visages de l’assemblée…

Plus lyrique malgré de petits problèmes de micro, Lionel Beffre, Haut-commissaire de la République en Polynésie française, cite le cinéaste Jean-Luc Godard. « Quand on va au cinéma, on lève la tête . Alors levez la tête car, grâce au FIFO, vous pourrez mieux connaître cette Océanie si riche et si diverse ». C’est bien ce que comptent faire les festivaliers venus assister à la cérémonie malgré la pluie, signe de bonheur selon les anciens du fenua.

« Le programme est alléchant. C’est juste dommage que les horaires des projections des films se chevauchent souvent avec les horaires d’école des enfants. Du coup, on ne peut pas voir plus de deux films par jour… », confie un peu déçue Corinne, une mère de famille originaire de Carcassonne fraîchement arrivée en Polynésie. « Par contre, les sorties scolaires et les ateliers comme celui de la Go Pro, c’est vraiment super pour nos enfants ! Je ne connaissais pas le FIFO mais j’ai hâte de le découvrir ! », conclut, tout sourire, la jolie quadra.

Télécharger la news letter du FIFO N°2



Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source : http://www.tahiti-infos.com/Mot-d-ordre-du-FIFO-2014-universalite-et-partage_a93908.html

Partager cet article
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Faites des rencontres dans votre département

À la Une actu

Pub

flash actu