Accueil » Réunion » Réunion actualités » Ti Guy mortellement poignardé au Bas de la Rivière : “C’était pas sa main mais son esprit’

Ti Guy mortellement poignardé au Bas de la Rivière : “C’était pas sa main mais son esprit’

Après deux jours de procès, Jordan Delaisser est fixé sur son sort. Les magistrats de la Cour criminelle ont prononcé une peine de 16 ans de prison.

Ti Guy mortellement poignardé au Bas de la Rivière :
Dès le début de ce deuxième jour d’audience criminelle, Jordan Delaisser a souhaité faire une déclaration spontanée à la cour : “Je regrette d’avoir blessé mortellement Guillaume Cuvelier. Et sincèrement, je ne me souviens de rien”. L’avocat de la famille de la victime, Me Jean-Jacques Morel, embraye.“‘ Finalement, c’est votre main qui a frappé mais pas votre esprit” résume la robe noire qui se dit satisfaite que l’accusé reconnaisse les faits.

Mais lorsqu’à la demande des parents de Ti Guy, la présidente de la cour accepte de projeter la dernière photo du jeune homme de 25 ans avant sa mort, Jordan Delaisser reste prostré dans le box sans un regard pour celui qu’il a tué d’un coup de poignard dans le sternum, provoquant une plaie thoracique de 6 centimètres qui avait atteint le coeur. “Je suis fière de mon fils, il a donné sa vie pour sauver un ami” témoigne dignement sa mère. Guillaume Cuvelier était un jeune homme apprécié au Bas de la Rivière où il vivait oisif. Une figure du quartier au tempérament de médiateur qui n’envenimait jamais les situations et essayait d’apaiser les tensions monnaie courante.


Ti Guy, une figure du quartier

Au cours de son procès, Jordan Delaisser, 33 ans, n’aura apporté aucune explication à la cour criminelle. “Je ne l’ai pas vu. Je ne me souviens pas lui avoir porté de coups. Depuis petit, je n’ai pas de père, je n’ai pas de frère, j’ai appris à me défendre. Je vendais de la drogue et j’ai déjà été agressé. C’est pourquoi j’avais toujours mes couteaux sur moi” explique le trentenaire après avoir demandé pardon à la famille de la victime.

Pour l’expert criminologue l’ayant examiné, le trentenaire est doté d’un tempérament “sensitif”, augmenté par la consommation quotidienne de produits toxiques. “C’est une personnalité qui est fondée sur l’anxiété sous-tendue par une grande susceptibilité qui peut entrainer des passages à l’acte violents” diagnostique le professionnel qui rappelle l’historique de tensions entre Kevin S. et Jordan Delaisser afin d’apporter un élément de compréhension supplémentaire.

De son côté, Kevin S., légèrement blessé lors de cette soirée par l’accusé, témoigne : “C’est à cause d’une cigarette que ça a dégénéré”. “Depuis la mort de Guillaume, il vit reclus. Il ne s’est séparé et ne travaille plus tellement le traumatisme est fort. Et il ne sait plus comment ça a commencé,” indique son avocate, Me Catherine Moissonnier.

Samuel L., touché par la lame à l’abdomen et dont le pronostic vital a été un temps engagé après une opération chirurgicale en urgence au CHU de Bellepierre, se montre plus précis : “J’ai pas le souvenir de la cigarette. Kevin a insulté Jordan qui s’est approché, a sorti ses couteaux et donné des coups dans tous les sens. J’ai essayé de le désarmer pour pas qu’il continue à poignarder Kevin”. “Il a été victime d’une éviscération et s’est vu mourir”, précise Me Briot, son conseil

Une vidéo incomplète qui aurait permis de mettre tous le monde d’accord

Lors de l’audience, la Cour a projeté une partie de la scène immortalisée par caméras vidéo. Malheureusement, il apparait qu’un arbre très imposant situé au milieu de la place masque les moments clés qui auraient pu permettre aux magistrats de déterminer les rôles de chacun.

Avant d’entamer ses réquisitions, le représentant de la société a rappelé à l’assistance qu’il était interdit de faire justice soi-même et que la vengeance n’était pas de la justice mais, au contraire, créait de l’injustice. 

L’avocat général a mentionné les entraves à la manifestation de la vérité portées par des tiers lors de la reconstitution. Mais aussi lorsqu’hier un individu a filmé la salle d’audience et l’accusé pour faire des publications sur les réseaux sociaux (l’homme a été placé en garde à vue).

“C’est un massacre”, a poursuivi Antoine Tur qui a démontré la disproportion de la réaction de Jordan Delaisser. “On en saura pas plus sur le motif de la dispute, sur l’élément déclencheur et sur la teneur exacte des coups de lame”, a souligné le parquet général rappelant qu’“il y a eu dans ce dossier autant de versions que de témoins”. La légitime défense a été balayée par l’accusation. 16 ans de réclusion criminelle interdiction ont été requis.

La défense a de son côté relevé le contexte des faits sans pour autant minimiser le rôle de Jordan Délaisser. “Il assume ce qu’il a fait et attend votre décision” précisent Me Devaguy Mardaye et Me Jean-Christophe Molière.

Après en avoir délibéré, la Cour a condamné l’accusé à 16 ans de prison.


www.zinfos974.com

Source : https://www.zinfos974.com/Ti-Guy-mortellement-poignarde-au-Bas-de-la-Riviere-C-etait-pas-sa-main-mais-son-esprit_a197555.html

???? Détendez-vous !

Levez les pieds et laissez-nous faire le travail pour vous. Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités directement dans votre boîte de réception.

Nous ne vous enverrons jamais de spam ni ne partagerons votre adresse électronique.
Consultez notre politique de confidentialité.

Partager cet article

zinfos974
zinfos974
Le journal d’information de l’ile de La Réunion, qui oze, gratuit, interactif, l’info 974
Voir toutes les actus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La rédaction vous recommande