Tribune de Joseph Sinimalé: ​"Monsieur le Président, blok pa nou !"

Tribune de Joseph Sinimalé: ​"Monsieur le Président, blok pa nou !"
Les sujets d’actualité ne manquent pas en ce moment mais il me semble que l’on s’attarde trop sur la forme et qu’on néglige le fond.

La visite du Président de La République a vu se succéder ses cortèges de petites phrases, de commentaires, avant, pendant, après. En outre la période pré-électorale pousse chacun des prétendants à se positionner d’abord en fonction de ce qui peut le servir.

Pourquoi les Présidents viennent-ils ainsi à La Réunion ? Que ce soit Chirac, Sarkozy ou Macron, j’y vois un dénominateur commun qui tient en deux points : La Réunion, c’est un DOM qui pèse électoralement ; La Réunion, c’est un territoire qui intrigue par ses contrastes: un bien vivre ensemble, une jeunesse forte, un chômage criant, un potentiel de développement dans la région.

Ainsi chaque Président arrive avec sa vision, ses ambitions, ses solutions. Il vient aussi avec ce qu’il est. L’important est qu’un Président comprenne notre contexte, nos attentes et qu’il y apporte des réponses, sans bien sûr que nous croyions que du jour au lendemain, tout ce que nous attendons depuis 30 ans puisse se régler d’un coup !

Au cours de mes différents déplacements et des événements qui ont marqué la vie de la commune de Saint-Paul, j’ai pu découvrir la Méthode du Président, bien différente de celle de ses prédécesseurs. Je ne cherche ni à juger ni à soutenir. Juste à comprendre.
La Méthode Macron consiste, comme il l’a dit, à mettre en marche. Mettre en marche les organisations, les collectivités, par des signatures de contrats, de protocoles, de conventions, engageant et motivant les élus locaux.

Les moyens suivent parfois mais pas toujours au rythme que l’on voudrait. Les équipes gouvernementales ne suivent pas toujours
au rythme auquel on s’attend. J’ai parfois l’impression que le Président est devant, mais qu’il ne se retourne pas assez souvent pour voir si tout le monde suit. A envie de suivre. Peut suivre…

Certes il faut avancer, travailler, ne pas se plaindre tout le temps, et j’avoue que cela correspond à mon tempérament, travailler sans relâche, matin, midi, soir, tous les jours…

A Paris, je l’ai vu à l’œuvre deux fois : lors du grand débat national en janvier où j’ai parlé du pouvoir d’achat et en juillet dernier, accompagné de nombreux ministres pour la signature des contrats de convergence avec les intercommunalités ultramarines. A chaque fois, j’ai été frappé par sa connaissance de notre situation, des dossiers, sans doute plus que ses prédécesseurs. Mais connaître ne suffit pas pour résoudre nos problèmes, même si cela aide !

A La Réunion, je me suis préparé à deux séquences lors de la visite présidentielle concernant l’Ouest :
– La signature d’un protocole d’accord « Territoires d’industrie » entre l’Etat et le TCO, avec le Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, à la NORDEV avant sa venue à Choose La Réunion. L’objectif était clairement pour moi d’obtenir un soutien accru de l’Etat pour le développement industriel de notre territoire qui apparaît, vu de Paris, comme une réussite bien engagée et qui mérite d’être appuyée.
– La rencontre avec les jeunes demandeurs d’emploi et les porteurs de projets à la mission locale de Saint-Paul à Savannah. J’ai compris que le Président voulait un dialogue direct pour comprendre la façon dont les jeunes abordent le sujet de leur emploi, en supprimant tous les filtres entre eux et lui.

Par ailleurs, j’ai été associé à sa visite improvisée sur le débarcadère de Saint-Paul parce qu’il voulait voir les travaux en cours de l’Hôtel Laçay, financés par le projet « sauvegarde du Patrimoine » piloté par Stéphane Bern. Cette visite du 24 octobre restera pour moi un moment fort : profitant d’un trajet dans sa voiture j’ai pu échanger directement avec le Président et transmettre quelques-uns des messages et dossiers qui me tiennent à cœur pour la Commune et le TCO : être capables de procurer un toit à chaque famille, réussir le projet Ecocité et faire en sorte qu’il soit une vitrine de ce que peut être la transition écologique à l’échelle d’une collectivité, créer une université dans l’ouest centrée sur les métiers qui seront les créateurs d’emplois de demain, rendre la mer aux Réunionnais en toute sécurité et bien sûr réduire l’écart entre les besoins financiers et les ressources qui tendent à diminuer.

En deux mots j’ai dit au Président « Blok pa nou ! ».

Je suis de ceux qui respectent les gens, les institutions, la mère patrie, sans doute une éducation de la vieille école, mais qui a fait ses preuves. Je suis profondément Républicain. Les Présidents passent. Les ministres passent. La vie continue et “cabri y mange salade”.
Comment faut-il réagir alors ? Considérer que tout cela est du blablabla ou tenter de prendre le train de la réussite en espérant que celui-ci va nous conduire suffisamment loin et vite ?

Pour le maire que je suis, je veille à tout ce qui peut être fait pour améliorer le quotidien des habitants. Donc je choisis la deuxième posture, non pas par conviction ou adhésion mais par pragmatisme. Je n’ai aucune raison de douter par principe. Je n’ai pas le droit de risquer de priver les citoyens de ma commune d’opportunités, uniquement par posture politique. J’ai, en permanence en ligne de mire, le souci d’éviter tout risque de crise sociale majeure, car c’est le danger qui nous guette.

Non pas que les choses vont plus mal qu’avant. Ce serait faux de le dire. Il y a de nombreux domaines où la situation s’améliore objectivement. Mais parce qu’il y a un décalage entre ce que les gens ont et ce qu’ils voudraient avoir et parce que dans certains quartiers, l’accès au minimum vital n’est pas assuré et qu’il y a là une vraie pauvreté.

Pourquoi? Pour de multiples raisons : la croissance des besoins, l’appétit de consommation, une recherche de plus grande facilité de vie, des écarts qui se creusent entre les nantis et les autres et qui sont plus visibles qu’hier. Mais aussi et surtout parce que « gagner plus » est difficile du fait d’une formation insuffisante ou pas adaptée, d’un illettrisme encore important, d’un manque de logement décent, de procédures administratives complexes, tout cela débouchant sur la résignation, le découragement, l’oisiveté.

Face à cela, il faut rassembler les forces vives de La Réunion capables de mettre en œuvre les outils à notre disposition. La responsabilité des élus serait lourde si leur ego surdimensionné conduisait à se tirer dans “les pattes” plutôt que de servir les Réunionnais.

Beaucoup connaissent mon triptyque «Humanité, Proximité, Efficacité» et je connais celui des Saint-Paulois « un toit, un travail, un meilleur pouvoir d’achat ». Ce sont en fait deux déclinaisons des mêmes objectifs. Pour couvrir les attentes de nos concitoyens, le maire se doit d’être proche et efficace. Mais son action n’est légitime que si elle s’inscrit dans une démarche humaniste, juste, respectueuse de tous.

J’ai vu le Président, premier de cordée comme il se définit, et je crois qu’il est effectivement dans cette logique. Moi je me retrouve plutôt parmi les derniers de cordée, accompagnant ceux qui ont du mal à suivre. Et mon grand espoir est de les faire recoller au peloton le plus vite possible.

Joseph SINIMALÉ
Maire de Saint-Paul


www.zinfos974.com

Source : https://www.zinfos974.com/Tribune-de-Joseph-Sinimale-​-Monsieur-le-President-blok-pa-nou-_a146101.html

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *