Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales

FICHE D’IDENTITE 14 351 habitants (-0,1%) 11 156 électeurs 5160 hectares 33 conseillers municipaux à élire Maire sortant : Patrice Jamet
Tahiti-infos
Partager cet article
Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
FICHE D’IDENTITE

14 351 habitants (-0,1%)


11 156 électeurs


5160 hectares


33 conseillers municipaux à élire


Maire sortant : Patrice Jamet


Même si elle garde l’aspect d’une commune rurale de taille moyenne, Mahina est toutefois la 4e commune de Tahiti par le nombre d’habitants . C’est à Mahina que l’histoire contemporaine de Tahiti démarre, puisque c’est dans la baie de Matavai que débarquèrent le 5 mars 1797 les premiers missionnaires protestants anglais. Mais, historiquement parlant, les regards des habitants et des visiteurs de Mahina, sont portés naturellement du côté du phare de la Pointe Vénus, édifié en 1867.

Cette Pointe Vénus et sa plage font régulièrement l’objet de projets d’aménagement de la part du Pays qui en est propriétaire, mais dont la particularité est de rester dans les cartons. Le dernier en date est celui porté par l’ex gouvernement Temaru à la fin de l’année 2012 : pas moins de 400 millions de Fcfp étaient alors prévus pour mettre en valeur le phare, favoriser l’accès public à la mer avec un espace pour organiser des spectacles, un fare pour des artisans, quelques commerces dont un restaurant en bord de mer. Mais, l’alternance gouvernementale en mai 2013 a repoussé une fois de plus cet aménagement prioritaire.

Côté gestion municipale, la commune de Mahina est réputée pour être placée, depuis 2009, sous la surveillance de la Chambre territoriale des comptes. En cause, le déficit budgétaire de la commune. Le plan pluriannuel devrait arriver à son terme en 2014, après d’énormes efforts consentis pour baisser les charges communales. Quel que soit le prochain tavana de la commune, il devra avoir l’œil sur les comptes de la municipalité, car l’équilibre budgétaire restera un exercice placé sous la haute surveillance de la CTC.

Au plan politique, la commune de Mahina avait défrayé la chronique en 2008, lors de la réélection d’Emile Vernaudon depuis sa cellule de Nuutania ! Premier magistrat un temps, le leader du Ai’a Api avait été déchu de ses mandats électifs quelques mois plus tard, suite à l’affaire du Cabanon de Tautira. En février 2009, Vernaudon ordonne donc son remplacement provisoire par son premier adjoint, Joël Buillard. Puis, après avoir purgé sa peine d’inéligibilité d’un an, il tente, en juin 2010, un retour aux affaires en provoquant l’organisation d’élections partielles.


Le scrutin a lieu en janvier 2011 mais rien ne s’y passe comme prévu : 9 listes s’affrontent ; 56% des électeurs seulement s’expriment et c’est finalement un candidat de la société civile, Patrice Jamet, qui tire son épingle du jeu. La population de Mahina étant probablement lasse de toutes ces manœuvres politiciennes.

En 2013, le budget principal de la commune de Mahina était de 2,4 milliards de Fcfp (dont 870 millions de Fcfp en investissement).

LES CANDIDATS


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Patrice Jamet

Liste : ‘Ia tura o Mahina – Ensemble, respectons Mahina

60 ans. Retraité de la poste. Maire sortant

Patrice Jamet est surtout connu pour avoir permis la création de la fédération A Tauturu Ia na, au début des années 2000. Son combat en faveur des malades et des plus faibles l’a formé. Fort de cette expérience, en 2011 lors des municipales partielles, il a détrôné le maire en place depuis 31 ans, Emile Vernaudon.Patrice Jamet, candidat issu de la société civile, a été élu avec plus de 48,30 % des voix. Pour les municipales qui approchent, le tāvana sortant se représente avec la même liste qui l’avait fait gagner, ‘Ia Tura o Mahina, mais son objectif est annoncé : il compte bien siéger pendant une mandature complète cette fois-ci.

L’axe principal de son programme est « la gestion équilibrée et participative pour reconstruire Mahina, et avoir un service public de qualité ». Il compte, entre autres, intensifier le soutien communal auprès des associations de la jeunesse « pour qu’elles puissent s’occuper des jeunes de Mahina comme il faut et avec des moyens. »


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Sandra ManutahiLevy-Agami

Sandra Tavana

43 ans, représentante à l’Assemblée de Polynésie

L’engagement politique de Sandra Levy-Agami n’est plus à présenter. Fondatrice de son parti en 2007, Te Mana Toa (l’Esprit du guerrier), qui prône un renouvellement de la classe politique locale, elle est élue à l’Assemblée de Polynésie depuis 2008. A Mahina, c’est déjà la troisième fois qu’elle brigue le fauteuil de tavana (après 2008 et 2011) et a déjà siégé au conseil municipal. Son programme se décline en trois grandes actions : rassembler, aider et protéger. Quelques exemples : rassembler en créant un marché dominical le dimanche à la Pointe Vénus ; aider en créant un pôle pour l’emploi sur la commune ou en effectuant un travail de résorption de l’habitat insalubre ; protéger enfin en luttant contre les décharges sauvages, en construisant une fourrière pour les animaux et en garantissant des redevances municipales qui n’augmenteront pas. Le programme est également décliné avec des actions spécifiques à mener dans chacun des quartiers de la commune.


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Nicole Sanquer

Mahina ia Ora

41 ans, représentante à l’assemblée de Polynésie

Son premier défi politique comme tête de liste à des élections municipales Nicole Sanquer, investie par le Tahoeraa, le mène avec une liste qualifiée d’union communale. Depuis plusieurs mois, elle fait le tour des quartiers où elle affirme avoir compris l’intérêt de devenir tavana en discutant avec les familles. De cet état des lieux, découle logiquement les grandes lignes de son programme municipal : aider à une résolution des questions foncières pour faciliter la réhabilitation de l’habitat ; une politique résolument tournée vers les jeunes pour leur proposer des activités ; une amélioration du quotidien avec une gestion différente du traitement des déchets en augmentant la qualité du tri, mais aussi travailler à réduire le coût de l’eau potable. Sur les épineuses questions budgétaires elle propose de développer les partenariats avec le Pays, l’Etat, le FIP et même l’Europe pour obtenir des financements sur les grands projets de la commune.


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Antonio Perez

Ha’amaita’i ia Mahina

47 ans, représentant à l’APF

Antonio Perez est officiellement investi par le parti autonomiste A Ti’a Porinetia pour les municipales 2014. Son thème de campagne : « Enfin, la voie du Bien Etre pour les habitants de Mahina ».


Il connait le fonctionnement de la commune pour en avoir été membre éminent du conseil municipal jusqu’en 2011. Promu maire par intérim de juin 2010 à janvier 2011, le représentant Perez se présente pour la troisième fois dans la commune des « sheriffs », après avoir loupé le second tour d’une voix, avec moins de 10% des suffrages en sa faveur, aux municipales partielles de 2011.


Il revient aujourd’hui à la tête d’une liste d’union, Ha’amaita’i ia Mahina, qui promet de travailler sur trois axes : celui d’une plus grande proximité avec la population ; celui de l’amélioration des conditions environnementales et sécuritaires des administrés ; et d’œuvrer au développement de pôles d’attractivité sociaux, économiques et administratifs, pour faire de Mahina la principale ville de la côte est de Tahiti.


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Valentin Van Bastolaer

Liste : Tāvini iā Mahina – Servons ensemble Mahina

53 ans. Magasinier

Valentin Van Bastolaer est de ceux qui ont soutenu le parti souverainiste depuis son implantation dans la commune de Mahina. C’est à cette période aussi qu’il se lance dans la politique, en s’affichant notamment sur la liste des « bleu » lors des précédentes municipales. Cette fois-ci, il sera la tête de liste du Tāvini.

Dans son programme, la liste Tavini ia Mahina reprend les grands standards : eau potable, déchets ménagers ou encore la cantine scolaire. « Les habitants de Mahina ont besoin du soutien de leur commune », constate Valentin Van Bastolaer. « On dirait qu’elle ne sait plus où aller ».Le candidat souhaite également relancer la culture et l’artisanat par la révision des dossiers de subventions et aides diverses. Enfin, il espère mettre en place des forums tous les trois mois à l’adresse des jeunes « qui ne vont plus à l’école. Ils ont parfois moins de 18 ans. ».


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Denis Helme

Liste : Mahina, a tū ! – Mahina, lève-toi !

54 ans. Retraité commercial

Pour les habitants de la commune de Mahina, Denis Helme reste l’éternel défenseur des propriétaires de la pointe Vénus. En 2011, il a soutenu l’actuel maire Patrice Jamet lors des municipales partielles. Cependant, les deux hommes se sont quittés fâchés suite à une mésentente sur les modalités de la dissolutionde la SEM Haapape (Société qui avait alors en charge la gestion du réseau hydraulique de Mahina). Un épisode qui a marqué l’homme « ce qui m’a coûté mon travail » avait-il confié plus tard.

Avec des personnes issues de toutes les couches sociales de Mahina, Denis Helme a décidé de se lancer lui aussi dans la course aux municipales, avec sa liste « Mahina, a tū ! – Mahina, lève-toi ! » Parmi ses grands projets, la création d’un collège de la mer où les jeunes de la commune pourront suivre des formations spécifiques sur les métiers. Il souhaiterait également soutenir les associations sportives et les patentés.


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Lucie Lucas.

Liste : Haavai ora

65 ans. Retraité de la Santé.

Lucie Lucas démarre sa carrière politique vers le milieu des années 90. En 1997, elle fait son entrée à l’Assemblée Territoriale grâce à la liste de l’ancien maire de la commune,Emile Vernaudon, le Fēti’a ‘āpī. En 1998, elle devient ministre de l’environnement au sein du gouvernement Flosse.

Aux municipales de 2001, elle mène la liste « Te hui tama o Mahina » face à l’ancien maire. Dix ans plus tard, elle préside la fédération du Tāhō’ēra’a Huira’atira de Mahina, mais démissionne il y a quelques mois« après avoir été mise de côté par Gaston Flosse lui-même ». Elle décide alors de courir à nouveau aux prochaines municipales en menant la liste d’unionMahina ‘ia hō’ē – Unis pour Mahina. Son souhait « que l’on puisse répondre au quotidien de ma population ! »


Mahina : sept listes face à Jamet aux municipales
Arieta Temauu

Liste Mahina 2 Best

42 ans. Chef d’entreprise.

ArietaTemauu est une femme active. Chef d’entreprise, elle a voulu tenter une première expérience lors des élections Territoriales de 2013, mais a dû abandonner faute de co-listiers suffisants. Qu’à cela ne tienne, « en participant aux communales, je veux montrer ma volonté farouche de changer les choses » a-t-elle expliqué. Sa liste Mahina2best reprend des idées du Tāvini, comme la légalisation du Pakalolo ou la valorisation de la filière bois. Elle ne cache pas d’ailleurs avoir adhéré aux idées du pari souverainiste.

Dans sa profession de foi, Elle a annoncé vouloir « favoriser les emplois de proximité pour une vraie concertation de ses administrés pour les nouveaux projets de la commune par une politique participative. » La protection de l’environnement semble également être l’un de ses combats au quotidien « pour une meilleure commune et de belles perspectives d’avenir. »


Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Source : http://www.tahiti-infos.com/Mahina-sept-listes-face-a-Jamet-aux-municipales_a96367.html

Partager cet article
Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email
Imprimer

À lire aussi

La rédaction vous recommande

Commentaires

Faites des rencontres dans votre département

À la Une actu

Réformer le Smig… C’est pas gagné

Tahiti le 22 septembre 2022 – Le gouvernement propose d’ouvrir la discussion avec les partenaires sociaux pour réformer le mécanisme de revalorisation automatique du Smig

Pub

flash actu